Embouteillages : quelles sont les solutions pour les faire disparaître ?

En vacances, en allant au travail...En moyenne, un Américain passe une heure dans les bouchons chaque semaine.
Cela n’est évidemment pas pratique mais plus grave encore, le coût écologique est colossal. 
À titre d’exemple, une situation de fort ralentissement émet 16 fois plus de gaz à effet de serre qu'un trafic normal.

La raison ? La consommation de carburant qui est davantage liée au freinage et à l'accélération plutôt qu'à la vitesse. En revanche, une circulation constante et fluide va être moins polluante. 
Ainsi, en prenant en compte que 100 km de bouchons impliquent en moyenne 200 000 véhicules, la consommation collective de carburant devient donc massive.

 

Quelle sont les solutions ?

La solution pourrait se trouver dans la nature... La journaliste et organisatrice de la journée de l'intelligence animale Yolaine de La Bigne explique que l’intelligence en essaim qui caractérise les abeilles, les fourmis ou les poissons est intéressante. “C’est quelque chose qui nous intéresse beaucoup, notamment pour faire circuler les humains dans les villes“, explique-t-elle. 
Aussi, les fourmis sont particulièrement étudiées pour leur capacité à maintenir des déplacements fluides quelle que soit la densité du trafic.
Elles ont un avantage : en tant que colonie, elles synchronisent leurs déplacements de manière optimale, fonctionnant comme une seule entité plutôt qu'une multitude d'individus.
Et la technologie qui pourrait nous permettre d'atteindre cette synchronisation serait la voiture autonome.
Il suffirait que 5 % des voitures deviennent autonomes pour obtenir une diminution globale des bouchons et une réduction de 40 % de la consommation de carburant.