Confinement : 5 bonnes nouvelles pour positiver

Comme chaque vendredi, la rédaction de RTBF Tendance vous fournit votre dose hebdomadaire de bonnes nouvelles pour terminer la semaine sur une note positive.

Voici 5 infos aperçues cette semaine qui remontent le moral :

1. Les océans sont plus calmes… et les baleines plus bavardes !

5 images
© Getty Images

Suite aux mesures de confinement, le trafic maritime a largement diminué et les océans se sont faits plus calmes. Les chercheurs ont en effet remarqué une baisse importante de la pollution sonore liée au passage des navires, qui rendent habituellement les océans très bruyants.

Un répit très apprécié des baleines, qui se permettraient dès lors de converser plus souvent entre elles… et de manière plus complexe, a annoncé la chercheuse Michelle Fournet, acousticienne marine de l’université Cornell, à The Guardian. Certains mammifères marins découvrent même le calme de l’océan pour la première fois. Merci le confinement !

2. La Ville de Bruxelles veut planter plus d’arbres

5 images
Le parc Royal à Bruxelles © Getty Images

Notre capitale risque bien de devenir de plus en plus verte, et c’est tant mieux ! Ce mercredi 29 avril, l’échevine de l’Urbanisme Ans Persoons a en effet déclaré que :

"Tou(te)s les habitant(e)s doivent pouvoir disposer à quelques minutes de chez eux/elles de bancs, de plaines de jeux et d’espace de détente. Bruxelles a vraiment besoin de plus d’arbres, y compris dans les rues et sur les places."

Le hic, c’est que le sous-sol bruxellois est constitué d’un vaste réseau enchevêtré de lignes de services en tout genre (gaz, eau, électricité, télécoms, lignes de métro, tunnels ferroviaires, stations de haute tension etc.).

Un bureau d’études va donc lancer, d’ici deux semaines, une vaste opération : celle de cartographier le sous-sol du Quartier Européen et le bas de Laeken afin d’indiquer où il y a assez d’espace pour que les racines des arbres puissent se développer et ensuite intégrer de nouveaux arbres partout où cela a du sens. Si ce projet pilote rencontre du succès, il sera étendu à l’ensemble de la Ville de Bruxelles.

3. Le nombre d’animaux tués sur les routes a fortement diminué

5 images
© Getty Images

C’est l’une des conséquences du confinement : depuis un mois, le nombre d’animaux tués sur les routes par les véhicules a diminué de façon vertigineuse.

"La réduction du trafic a un impact non négligeable sur la survie de ces animaux", analyse Jean-Sébastien Rousseau-Piot, de Natagora. "C’est d’autant plus spectaculaire que nous sommes en pleine période de dispersion des jeunes individus qui quittent leurs parents pour trouver un territoire".

Il indique que la survie des jeunes de cette génération "se remarquera dans les prochains mois mais pourrait aussi avoir des répercussions positives à plus long terme sur les espèces".

4. Les Belges se mobilisent encore et toujours

5 images
© Getty Images

Les Belges ont su faire preuve de solidarité en ces temps difficiles et les initiatives citoyennes ne manquent pas depuis le début de ce confinement.

La preuve encore en ce début de semaine, avec les initiatives citoyennes faitesvotremasquebuccal.be et Impactdays.co qui ont lancé l’opération #ActionNationaledeCouture. Le but ? Mobiliser toute la Belgique pour fabriquer ses propres masques buccaux.

L’action permettra ainsi de fournir à tout le pays des masques faits maison via des points de collecte officiels qui les distribueront. On peut aussi bien évidemment en fabriquer pour ses amis, sa famille et ses voisins grâce aux patrons approuvés par les virologues disponibles sur leur site internet (à réaliser avec ou sans machines à coudre).

5. Venise se dirige petit à petit vers un tourisme durable

La situation s’améliore en Italie, et Venise commence déjà à tirer les leçons de cette pandémie, notamment en ce qui concerne le tourisme de masse.

Pendant 50 jours, Venise n’a pas croisé un seul touriste, et cela a eu un impact considérable sur son écosystème. Les 70.000 habitants de la ville ainsi que les autorités locales veulent désormais que les choses changent et désirent se diriger vers un tourisme moins agressif, plus intelligent, plus durable et plus lent, basé sur des quotas.

Une bonne nouvelle pour la flore et la faune de la superbe lagune de Venise qui ont repris leurs droits pendant ce confinement !