Confinement : 5 bonnes nouvelles pour avoir la banane en cette fin de semaine

Un peu de positivisme en cette période anxiogène, c’est possible ! Voici votre dose hebdomadaire de bonnes nouvelles pour garder la pêche pendant ce confinement :

1. Les animaux savourent toujours autant le confinement

Les animaux profitent encore et toujours du calme causé par l’absence d’activité humaine.

En France, dans le 19e arrondissement de Paris plus précisément, de nombreux citoyens ont remarqué qu’un couple de cygnes avait élu domicile sur un radeau végétalisé du canal de l’Ourcq. Pénélope Komitès, adjointe à la maire de Paris chargée des espaces verts et de la nature en ville, a alors pris des mesures pour assurer la protection du nid. Ce 21 avril, elle a fait ériger cinq barrières sur les berges du canal pour empêcher les promeneurs et les joggeurs de s’approcher trop près et ainsi "limiter la gêne occasionnée par les passants et le jet d’objets pouvant présenter un risque pour les œufs. Elles resteront sur le site le temps nécessaire à l’éclosion des cygneaux". Trop cute !

 

En France toujours, de nombreux oiseaux ont profité de la tranquillité due au confinement pour réinvestir le Parc ornithologique de Pont de Gau, en Camargue. Les flamants roses, en particulier, n’ont jamais été aussi nombreux. À tel point que les ornithologues s’attendent à un véritable "baby-boom de flamants roses" cette année !

D’autres espèces plus farouches qui ne venaient jamais sur ce site auparavant, comme l’ibis falcinelle (un superbe oiseau roux au bec recourbé) sont également de la partie. Une véritable "bénédiction ornithologique et écologique", selon les experts.

 

Les tortues luth, une espèce considérée comme étant en voie de disparition, profitent également de cette nouvelle tranquillité. En Thaïlande, près de 11 nids (qui contiennent chacun entre 60 et 120 œufs) ont été trouvés sur les plages du sud du pays. Cela faisait 5 ans qu’aucun nid de tortue luth n’avait été aperçu en Thaïlande, et plus de 20 ans qu’on n’en avait pas vu un nombre aussi élevé.

Un phénomène qui s’explique en partie par la diminution du tourisme en Thaïlande : "Habituellement, les tortues courent un risque élevé d’être tuées par les engins de pêche et les humains qui perturbent la plage ", a expliqué Kongkiat Kittiwatanawong, le directeur du Centre de biologie marine de Phuket.

2. L’Allemagne bat son record de production d’énergie solaire

En Allemagne, la diminution de la pollution de l’air suite à la pandémie du coronavirus a permis au pays de battre son record de production d’énergie solaire. Ce lundi 20 avril 2020, le ciel ensoleillé (et sans smog) allemand a généré, via les panneaux solaires, près de 40% de l’électricité du pays, contre 22% produite par le charbon et le nucléaire.

Un signe encourageant pour le gouvernement allemand, qui a promis une sortie du charbon d’ici 2038.

3. La lutte contre l’évasion fiscale renforcée en pleine crise économique

Pour tenter de juguler les effets de la crise du coronavirus, de nombreux gouvernements ont déjà annoncé des plans de soutien à l’économie afin de soutenir le pouvoir d’achat et d’aider les entreprises en difficulté.

Mais pour bénéficier d’une aide de l’État, certains gouvernements – au Danemark et en Pologne notamment - estiment que les sociétés doivent payer leurs impôts dans leur pays. Hors de questions donc que les entreprises enregistrées dans des paradis fiscaux bénéficient de ce soutien, clament-ils.

4. Le possible retour des cinémas drive-in, comme dans les années 50-60

Avec les mesures de confinement, les salles de cinéma sont forcément fermées et risquent de l’être encore pendant un petit bout de temps. Mais les professionnels du milieu sont à recherche d’une solution pour relancer leurs activités… et ils sembleraient qu’ils se penchent de plus en plus sur l’alternative du "drive-in" ("ciné-parc" en français).

Car ce concept de cinéma en plein air où chacun(e) est confortablement installé dans sa voiture permettrait aux spectateurs de s’offrir une "sortie cinéma", tout en respectant les mesures de distanciation sociale.

On dit oui !

5. Le vélo a le vent en poupe, certains politiques planchent même sur la mise en place de #coronapistes

En ville, le vélo est devenu LE moyen de locomotion le plus pratique et le plus utilisé en cette période de confinement.

Et avec l’annonce du déconfinement progressif début mai, les politiques veulent davantage favoriser et renforcer la pratique du véloLes communes d’Ixelles, Anderlecht, Bruxelles-ville, Watermael, Evere, Schaerbeek, et Saint-Gilles par exemple, ont accepté de profiter de la diminution du trafic automobile de 85% pour donner plus d’espace aux cyclistes.

 

En France, Seine-Saint-Denis s’engage également à aménager jusqu’à 60 kilomètres de voies départementales en pistes cyclables temporaires, appelées humoristiquement "coronapistes".

La Belgique et la France ne sont pas des cas isolés. En Australie, le vélo est carrément devenu "le nouveau papier toilette" : un produit que tout le monde veut et qu’on s’arrache.

 

Quoiqu’il en soit, qu’il s’agisse de la pratique du vélo, de la liberté retrouvée des animaux, ou encore de la réapparition des drive-in, il n’y a qu’à espérer que ces bonnes nouvelles durent le plus longtemps possible et qu’elles fassent, pourquoi pas, partie de notre nouveau quotidien post-pandémie.

Bon week-end !