Audition tendue de la nouvelle directrice de la CIA Gina Haspel devant le Sénat

L’ex-numéro deux de la CIA, Gina Haspel, choisie par Donald Trump pour diriger la CIA, a passé son grand oral mercredi 9 mai devant le Sénat américain. 

 

Lorsque la sénatrice démocrate Kamala Harris a demandé à Gina Haspel si elle considérait la torture comme immorale, la candidate de Trump a refusé de répondre. Une audition particulièrement tendue.

 

 

Choisie par Donald Trump pour prendre la tête de la CIA, elle aurait dirigé une prison secrète de la CIA en Thaïlande en 2002, où les détenus suspectés d’appartenir à Al-Qaïda auraient été torturés. Durant cette audition incontournable, elle devait promettre d'empêcher la reprise des programmes de torture de l'agence de renseignement introduits après les attentats du 11-Septembre. "Pensez-vous que les techniques d’interrogatoire employées par le passé étaient immorales ?", a ainsi demandé Kamala Harris à Gina Haspel. Laquelle a répondu "Madame la sénatrice, je pense que les agents de la CIA ont fait un travail remarquable pour empêcher une nouvelle attaque au vu des instruments juridiques que nous étions autorisés à employer." "Ce que je sais aujourd’hui, c’est que j’approuve les stricts principes moraux que nous avons su respecter", a-t-elle poursuivi.

 

 

 

L’échange a duré six minutes, Kamala Harris questionnant sans cesse Gina Haspel sur l’usage de la torture. Finalement, cette dernière n’aura jamais répondu catégoriquement par "oui" ou par "non" à la question de la sénatrice. "Merci, mon temps de parole est écoulé", a conclu la nouvelle directrice de la CIA.