Adieu Monsieur Patate, la marque de jouets culte ne sera plus genrée

Les clichés hommes-femmes persistent dans le monde malgré une volonté de réduire les inégalités, dans tous les domaines. Ces jouets, introduits en 1952 et mis en scène dans la série de films "Toy Story", font partie des incontournables des familles américaines.

Quand on sait que les enfants, en particulier les garçons, associent le pouvoir à la masculinité dès l'âge de 4 ans, il est important de changer notre manière d'aborder l'éducation.A partir d'une forme de patate en plastique, les enfants sont appelés à créer des personnages en leur ajoutant des attributs comme des yeux (avec sourcils maquillés pour Madame Patate, par exemple), une bouche (avec rouge à lèvres pour Madame, une moustache pour Monsieur), chaussures à talons ou pas...

La firme souhaite lancer une "famille Patate" non genrée

Dans un premier communiqué, Hasbro indiquait vouloir désormais "s'assurer que tout le monde se sente le bienvenu dans le monde des têtes de patates en abandonnant officiellement la marque et le logo de 'Monsieur Tête de Patate'", avec l'intention de "promouvoir égalité des genres et inclusion".

Mais un autre communiqué, plus bref, l'a ensuite remplacé, indiquant que "les personnages emblématiques de Mr. et Mme Patate ne disparaîtraient pas", sans préciser pour autant sous quelle forme ils seraient maintenus.


Lire aussi : Les adolescents peu sensibilisés aux notions d'égalités de genre sont plus susceptibles de harceler les femmes


Le nouveau texte retirait aussi toute mention d'inclusion ou d'égalité des genres, indiquant simplement qu'il s'agissait de "célébrer les différents visages des familles".

Le secteur fait le pari de la mixité et de l'inclusion

Ces dernières années, les fabricants de jouets ont plusieurs fois fait évoluer des jouets traditionnels - à commencer par les poupées - en réponse aux dénonciations de stéréotypes sexistes, racistes ou encourageant des canons de "beauté" traditionnels.

Les jouets "mixtes", destinés à éviter les stéréotypes de rôle masculin ou féminin notamment, se sont multipliés.

Mattel, créateur des poupées Barbie, a été en pointe, avec notamment sa gamme "Creatable world", des poupées au corps d'un enfant de 8-10 ans et aux cheveux courts.