À San Francisco, la guerre est déclarée contre le plastique… et ça marche

À San Francisco, la guerre est déclarée contre le plastique… et ça marche
À San Francisco, la guerre est déclarée contre le plastique… et ça marche - © kropic - Getty Images/iStockphoto

San Francisco a déclaré la guerre au plastique. Objectif : atteindre le zéro déchet d'ici 2020. Rencontre avec Kevin Drew, le coordinateur du programme "Zero Waste" de la ville.

 

700 tonnes de déchets collectés chaque jour

Kevin Drew est le coordinateur du programme "Zéro déchet" de la ville Californienne. Il s’agit "d’un programme d’ensemble pour traiter chaque type de déchets, des plus petits aux plus dangereux comme la peinture ou les produits chimiques, mais aussi la nourriture, les déchets du bâtiment émanant des grands buildings…". Ainsi, plus de 700 tonnes de déchets organiques sont collectés chaque jour et réinjectés dans les sols, afin de produire plus de nourriture. "C’est un programme unique, le plus important des États-Unis et peut-être même du monde", explique Kevin Drew.
Plus concrètement, si nous prenions et compostions nos déchets alimentaires avant de les remettre au sol, nous pourrions capter assez de carbone dans l’atmosphère pour commencer à contrebalancer les niveaux de gaz à effet de serre qu’on relâche dans l’atmosphère à travers l’utilisation d’énergies fossiles. Aussi, cela donne de la meilleure nourriture, de meilleurs vins, de meilleurs légumes…

 

80 % des déchets de San Francisco recyclés

80 % des déchets de San Francisco sont aujourd’hui recyclés contre 34,6 % en moyenne aux États-Unis. Dans la ville californienne, trier ses déchets est même devenu obligatoire. Les personnes qui ne trient pas bien peuvent ainsi avoir une amende allant de 100 à 1000 dollars.
Pour atteindre l’objectif "Zéro déchet" d’ici à 2020, la ville a décidé de mener une guerre anti-plastique. "Nous avons choisi d’interdire les sacs plastique dans les magasins et supermarchés", précise Kevin Drew.
L’ambition de ce programme "Zéro déchet" ? "Travailler en partenariat avec d’autres villes, d’autres hommes politiques et d’autres nations afin de créer un monde ayant suffisamment de ressources sur les gens qui pensent que tout ce que nous produisons devrait être une ressource."