À Londres, des milliers d'activistes bloquent des ponts pour dénoncer l'inaction politique sur le climat

À l’appel du mouvement "Extinction Rebellion", des milliers d’activistes ont bloqué la capitale anglaise.

 

Près de 6.000 personnes dans les rues, 82 arrestations et 5 ponts bloqués. Tel est le bilan de la manifestation "Extinction Rebellion", qui s’est déroulée à Londres le 31 octobre dernier. Une action de désobéissance civile - non sans rappeler celle d’Ende Gelände en Allemagne - visant à dénoncer l’inaction politique dans la lutte contre le réchauffement climatique. "Le plan est aujourd'hui de bloquer plusieurs ponts et de manifester pacifiquement pour attirer l’attention sur le fait que nous sommes proches de l’extinction", explique Nicolas Eliades, activiste de l’association Extinction Rebellion. "Ça vous concerne, ça me concerne, ça concerne le monde. Nous allons mourir", alerte-t-il. Près de 500 personnes ont ainsi été formées pour se faire arrêter par les forces de l’ordre. "Pour la première fois, des gens sont prêts à aller en prison et à vraiment se sacrifier pour cette cause, pour notre planète", explique Nicolas Eliades. "Nous devons prendre des mesures drastiques, nous devons prendre des mesures envers lesquelles les gens sont prêts à s’engager, à faire de vrais sacrifices pour répondre aux besoins d’une planète proche de l’extinction." Selon l’activiste, "si nous ne faisons rien aujourd’hui, il n’y aura pas de demain pour nous, pour nos enfants".

 

Trois revendications majeures

Ce mouvement citoyen, créé en 2018, est aujourd'hui soutenu par une centaine d’universitaires issus d’établissements mondialement reconnus comme Oxford ou Cambridge. Celui-ci a trois revendications majeures, comme l’explique Nicolas Eliades. Premièrement, "rétablir la vérité parce qu’en ce moment, les gens ne sont pas conscients de ce qui se passe réellement". Deuxièmement, Extinction Rebellion demande "la suppression des émissions carbone [du Royaume-Uni] d’ici 2025". Enfin, le mouvement demande la mise en place d’un conseil citoyen pour démocratiser le processus de prises de décisions et veiller à la mise en place d’efforts concrets pour stopper le réchauffement climatique. Désormais, Extinction Rebellion espère mobiliser au-delà des frontières britanniques. "Ça concerne l’humanité", estime Nicolas Eliades. "C’est à propos de tous ceux qui s’unissent pour changer les choses parce que s’il ne se passe rien, il n’y aura pas de demain à proprement parler."