A Berlin, l'avenir incertain d'un dancing de légende

Une rénovation nécessaire

4 images
A Berlin, l'avenir incertain d'un dancing de légende © JOHN MACDOUGALL - AFP

Bienvenue au Clärchens Ballhaus, 106 ans d'existence et une gloire à son apogée. Mais l'avenir de cette institution révérée notamment pour son thé dansant le dimanche après-midi apparaît incertain.

Le 1er janvier, la salle de danse fermera ses portes pour "une rénovation complète" d'une durée indéterminée lancée par son nouveau propriétaire.

"Nous devons faire des travaux de rénovation en deux phases. Tout d'abord, il va falloir rénover complètement le système de détection des incendies", explique Yoram Roth, qui a acquis le Clärchens Ballhaus il y a un an. Ensuite interviendront d'autres travaux peut-être plus lourds et dont il ne peut pas déterminer la durée.

"Mon objectif clair est de protéger le Clärchens Ballhaus", assure néanmoins cet investisseur berlinois, qui possède notamment des galeries de photos et des restaurants à New York et Copenhague.

Gentrification en marche

4 images
A Berlin, l'avenir incertain d'un dancing de légende © JOHN MACDOUGALL - AFP

Mais les danseurs inconditionnels redoutent une transformation "de ce lieu populaire et accessible à tous en un endroit chic" pour clientèle fortunée, avance Marion Kiesow, fidèle parmi les fidèles et autrice d'un livre sur le Clärchens Ballhaus.

Durant la décennie écoulée, le quartier alentour, dans le cœur historique de Berlin, a été livré aux appétits d'investisseurs alléchés par une envolée du marché immobilier berlinois.

Galeries d'art, restaurant étoilé au Michelin et lofts se succèdent aux alentours et le Clärchens Ballhaus, avec sa façade décatie et ses additions modérées, fait désormais figure d'exception. "Peu de villes dans le monde ont une tradition si riche de vie nocturne dévoyée et expérimentale", juge l'un des quotidiens de la capitale, le Tagesspiegel.

Les stigmates de l'Histoire

4 images
A Berlin, l'avenir incertain d'un dancing de légende © JOHN MACDOUGALL - AFP

Au Clärchens Ballhaus, c'est sa longue existence au gré des soubresauts de l'Histoire allemande qui en a fait une adresse emblématique. La salle de danse, ouverte sous l'empereur Guillaume II le 13 septembre 1913, a survécu à deux guerres mondiales et la chute du Mur de Berlin, a été filmée par Quentin Tarantino ("Inglorious Basterds") et a reçu la visite des époux princiers britanniques Kate et William en 2017.

Pour se faire une idée de l'importance exceptionnelle du lieu, il faut emprunter un escalier gémissant aux murs lépreux qui débouche sur un trésor: une vaste salle avec des moulures au plafond et d'immenses miroirs fendus en diagonale.

"Les détonations des bombes de la Seconde Guerre mondiale", précise Marion Kiesow.

Le nouveau propriétaire veut louer ce joyau pour des événements privés comme des soirées d'entreprise ou des mariages.

L'été, le Clärchens Ballhaus prend des allures de guinguette avec ses lampions, ses tables installées dans la cour et ses serveurs sans chichis qui rudoient la cuisine quand les escalopes de veau viennoises des clients tardent à sortir des fourneaux.

"Les hommes sont tous des malfaiteurs"

A l'heure des applis de rencontre, Clärchens Ballhaus reste aussi une adresse pour cœurs esseulés, que ce soit lors des cours de valse en semaine ou lors des soirées "guinche" avec orchestre le week-end.

Durant des décennies, gigolos et "femmes seules en quête d'un grand bonheur" se sont retrouvés sur la piste de danse, selon Mme Kiesow.

A l'ouverture du dancing, on se déhanchait d'ailleurs sur "Les hommes sont tous des malfaiteurs"...

Au vestiaire tenu durant un demi-siècle par une autre "légende" du lieu, Günter Schmidtke, ces dames étaient invitées à la plus grande prudence: "Il n'y a pas que des princes charmants qui t'attendent ici", avertissait l'homme à la moustache blanche qui officia jusqu'à ses 81 ans avant de prendre sa retraite en 2015.