Six Belges sur dix souhaiteraient davantage de piment dans leur vie sexuelle

Six Belges sur dix souhaiteraient davantage de piment dans leur vie sexuelle
2 images
Six Belges sur dix souhaiteraient davantage de piment dans leur vie sexuelle - © trumzz - Getty Images/iStockphoto

Le groupe Babylon a relancé en novembre les anciens magasins d’articles érotiques Pabo de Roeselare, Wetteren et Aartselaar sous le nom Babylon loveshop.

Une enquête a été menée auprès de 1.000 Belges à propos de leurs habitudes sexuelles, leur approche vis-à-vis des sex toys et les lieux où ils sont vendus.

 

Pourrait-on un peu épicer la sauce ?

Les résultats de l’enquête confirment que les Belges n’ont plus de difficulté à évoquer leur vie sexuelle. Sur 10 personnes interrogées, 7 jugent que le sexe occupe une part importante de leur existence et ils sont aussi nombreux à se déclarer satisfaits de leur vie sexuelle. Néanmoins, ils sont 63% à considérer qu’elle pourrait être un peu plus pimentée.

Cela s’est remarqué lors de la réouverture du magasin de Roeselare, le 9 novembre dernier. La promotion (un nouveau sex toy gratuit aux 50 premiers clients qui en rapporteraient un ancien) s’est terminée en quelques minutes à peine!

 

Surtout pour le plaisir féminin

L’enquête montre également que la visite d’un magasin d’articles érotiques est encore majoritairement le fait d’hommes : 54,2% d’entre eux en ont déjà poussé la porte contre 46,2% chez les femmes. Pourtant, les jouets sexuels sont principalement destinés au plaisir féminin.

Parmi les personnes interrogées qui utilisent parfois des jouets lors de rapports sexuels, 38% des femmes citent l’augmentation de leur propre plaisir comme principale raison, tandis qu’un nombre égal d’hommes citent la satisfaction de leur partenaire comme principale raison d’utiliser des jouets sexuels.

Près de la moitié des femmes (48%) indiquent atteindre plus facilement un orgasme avec l’aide d’un vibromasseur ou d’un autre accessoire, contre 25% chez les hommes.

La honte d'entrer dans un sexshop

D'après l’enquête, les Belges sont étonnamment positifs par rapport au BDSM (66%) lorsque les deux partenaires sont ouverts à l’idée. Mais pour 1 Belge sur 3 qui n’est jamais entré dans une boutique d’articles érotiques, cette attitude positive vis-à-vis d’une sexualité récréative ne peut gommer un certain malaise.

2 personnes interrogées sur 10 indiquent qu’elles seraient honteuses d’être vues dans un dans un sex shop. Elles sont plus nombreuses à souhaiter en visiter un, mais à ne pas en trouver dans leur voisinage. Internet ne peut pas tout remplacer et sachant que 40% des Belges (et même 53% des francophones) indiquent ne pas en savoir suffisamment quant aux sex toys, il est plus que nécessaire de pouvoir entrer en contact avec quelqu'un qui s'y connait, qui peut vous informer et vous orienter.

 

C’est le bon moment

Pour Sylvain Spitaels, CEO du groupe Babylon, l’enquête confirme que l’importance accordée au sexe est plus que justifiée. “Le sexe est primordial à tous les âges. Et avec notre nouveau concept de magasin, les conseils avisés de collaborateurs qui connaissent nos 6.000 produits et une offre qui répond aux envies et besoins de tous - couples, célibataires, hétéros, LGBTQ, personnes handicapées, fétichistes, fans de BDSM, jeunes et aînés –, nous y apportons une réponse.