Quel type d'éclairage vous faut-il pour votre jardin ?

Quel type d'éclairage vous faut-il pour votre jardin ?
Quel type d'éclairage vous faut-il pour votre jardin ? - © Shaiith - Getty Images/iStockphoto

C'est bientôt le solstice d'été, le moment où les jours sont les plus longs de l'année, et pour ceux qui ont la chance d'avoir un jardin ou une terrasse, c'est le moment de souper dehors le soir et de passer une soirée prolongée en terrasse. Et si l'on souhaite traîner dehors, on a plutôt intérêt à avoir un peu d'éclairage ...

 

On peut se contenter de bougies ou de lampe à pétrole, cela donne une chouette ambiance, mais c'est un peu limite. On peut alors penser à une installation fixe. Si c'est une grosse installation en 22O V, mieux vaut faire appel à un professionnel. On peut le faire soi-même si on est bon bricoleur mais il faut savoir qu'une installation soumise à des intempéries doit suivre quelques règles, l'eau et l'électricité ne faisant pas bon ménage.

Toute nouvelle extension de circuit à l'extérieur doit être agréée, elle doit être indépendante et avoir son propre disjoncteur. Pour 20 ampères maximum, on préférera un 30 milliampères. Il faut du câble XVB et celui-ci doit être protégé par un tube. Si c'est à l'extérieur, il faut un tube ou une gaine cannelée si c'est enterré. En terre, la conduite doit être annoncée par un filet ou des goulottes de couleur.

Attention aux normes IP

Pour le matériel, prise et interrupteur bipolaire doivent être étanches évidemment. Toujours faire venir le raccordement, avec le câble par en dessous pour des raisons de condensation. Tous les luminaires utilisés dehors doivent répondre aux normes IP, normes de sécurité européenne. Sur tous les luminaires, vous verrez les lettres IP suivies de deux chiffres. Le premier indique le niveau de protection contre les micro particules, les poussières fines, cela va de zéro à six et le second, le niveau de protection contre l'eau, va de zéro à huit. Au sujet de l’extérieur, un IP de 24 est obligatoire. Cependant, un indice plus élevé est fortement conseillé, par exemple lors d’une exposition aiguë aux intempéries (IP44). Voire même IP 65, IP 68 pour des emplacements proches d’une source d’eau (arrosage, piscine. Si vous ne respectez pas ces critères, votre assurance a le droit de refuser de vous couvrir). 

Une installation en 12 V, c'est plus léger, mais il vous faudra un transformateur. Si le circuit est trop long, vous perdrez de la puissance et pas question avec cela de pouvoir faire fonctionner un barbecue électrique. Attention pour l'éclairage extérieur : jamais d’installation durable avec rallonge. Là aussi quelques précautions à prendre. Les rallonges sont aussi soumises à des normes IP. On conseille un IP 44 pour une rallonge. Veillez à ce que les prises et fiches soient étanches, le câble en bon état sur toute la longueur. Un court circuit ou une électrocution sont vite arrivés ... Donc pas la peine de rogner quelques centimes avec un matériel bas de gamme. Veillez à dérouler complètement votre rallonge, cela évite la surchauffe avec risque de fonte du câble dû à l’effet d’induction électromagnétique. Une radio, un grill, une lampe : attention à la puissance maximale!

Et la pluie ?

Si il pleut et si le câble est en bon état, la pluie ne l’affectera pas. Mais il n'est pas question de laisser fiche et prise traîner sur le sol mouillé. Encore une fois, optez pour un boîtier étanche. Attention aussi si vous utilisez plusieurs rallonges. Si vous allongez trop, vous risquez qu'en cas de problème le disjoncteur ne fonctionne pas. Ce sont des questions de résistance (Loi de Pouillet). Si des véhicules doivent rouler sur le câble, placez de part et d’autre une planche un peu plus épaisse que le câble. Ce petit pont protégera l’isolant contre l’écrasement et la rupture.

 

Article original paru sur On n'est pas des pigeons !