Le sacré et le profane à l'honneur de la Biennale d'architecture de Venise

Freespace: Circulation Sace signé Carlo Aymonino et Aldo Rossi
4 images
Freespace: Circulation Sace signé Carlo Aymonino et Aldo Rossi - © Shelley McNamara

La biennale tant attendue débutera la semaine prochaine suivant le thème de "Freespace". Son programme permettra d'unifier des éléments plus que contrastés : un pavillon créé par le Vatican avec dix chapelles éphémères côtoiera un autre dédié à la drague gay. Voici quelques-uns des temps forts attendus au cours des six prochains mois:

 

"Freespace"

Le thème de la biennale vise à décrire "une générosité d'esprit et un sentiment d'humanité" au cœur de l'architecture, selon ses organisateurs.

Pour l'événement principal de la biennale, ils ont trouvé 71 exemples d'œuvres qui incarnent cette idée, allant d'un banc à l'entrée de la maison Can Lis construite à Majorque par l'architecte Jørn Utzon au musée d'art moderne que Lina Bo Bardi a construit à Sao Paulo, qui a été surélevé pour offrir un point de vue imprenable sur la ville brésilienne.

 

"Vatican Chapels"

Le Saint-Siège fera sa première apparition à la Biennale de l'Architecture de Venise cette année avec le pavillon "Vatican Chapels". Ce n'est autre qu'une séquence de dix chapelles qui seront situées sur l'île très arborée de San Giorgio Maggiore.

Dix architectes - dont Norman Foster, Eduardo Souto de Moura et Teronobu Fujimoria - ont été invités à dessiner une chapelle chacun.

 

Drague gay

Une installation sponsorisée par la galerie Spazio Punch a choisi le thème de "cruising". Un terme habituellement utilisé pour décrire "le fait de rechercher des rencontres sexuelles dans les lieux publics entre hommes homosexuels", comme "les parcs, les toilettes et les parkings, ou des établissements réservés à ces pratiques comme les saunas et les sex-clubs".

Les organisateurs se sont intéressés à l'architecture conflictuelle du "cruising", une pratique associée à la dépravation à laquelle on s'adonne dans des "toilettes, au départ conçus pour la propreté et les parcs, des lieux de tranquillité."

Pour rester dans le thème, des boissons et du poppers seront proposés le jour de l'inauguration de l'installation, le 24 mai.

cruisingpavilion.com

 

Robin Hood Gardens

L'année dernière, le musée londonien Victoria & Albert a annoncé avoir acquis une partie des célèbres bâtiments Robin Hood Gardens, un bel exemple du mouvement architectural moderne du Brutalisme (qui fait la part belle au béton brut, sans fioritures) destiné à être démoli.

Grâce à la collaboration entre le musée V&A et la biennale de Venise, la section de ce bâtiment va être reconstruite sur un échafaudage.

www.labiennale.org/en/architecture/2018/special-projects

 

"Living Installation"

Parmi les pavillons les plus ambitieux de cette édition, l'Australie a fait appel à une équipe d'architectes et d'artistes pour collaborer sur le projet "Repair", une installation "vivante" pour laquelle des milliers de plantes recréeront une vaste prairie australienne.

Au-dessus des plantes, d'imposantes projections montreront des éléments d'architecture australienne qui visent à réparer les écosystèmes qu'ils occupent.

 

L'Australie et le Saint-Siège figurent parmi les 63 pays et territoires nationaux participants à la 16ème édition de cette Biennale d'architecture de Venise, qui se déroulera du 26 mai au 25 novembre.

Plus d'informations sur les pavillons et les nombreux événements organisés à Venise sur www.labiennale.org/en