La conduite autonome est une réalité un peu plus tangible avec la nouvelle Classe S de Mercedes

Absente du salon de New York pour être présentée à Shanghaï, la Classe S de Mercedes cherche à se détacher de la concurrence sur le terrain de la conduite semi-autonome. Et l'essai pourrait bien être concluant, si l'on en juge par la liste impressionnante des possibilités de la voiture, qui est capable d'à peu près tout : ralentir automatiquement en entrée de virage puis accélérer en sortie, se débrouiller toute seule sur autoroute au-delà même de 190 km/h en récupérant de simples informations au volant, ou encore prendre totalement les commandes en situation d'embouteillage (freinage, accélération, arrêt, redémarrage, direction).

C'est la première Mercedes qui rassemble des informations provenant de caméras, de capteurs et de systèmes de cartographie en temps réel pour en concevoir une image à 360 degrés de son environnement et comprendre pourquoi la voiture qui la précède se met à ralentir subitement, que ce soit à cause d'une barrière de péage ou d'une zone de travaux.

Une longue période de transition sera nécessaire pour que les conducteurs apprennent à céder les commandes à leur véhicule avant que l'autonomie complète soit la norme. Pendant cette période, ils devront toujours reprendre de temps à autre le contrôle de la voiture et rester attentifs à ce qui se passe. C'est précisément dans ce domaine que la nouvelle Mercedes Classe S se distingue, notamment grâce à son nouveau système de dépassement automatisé, qui lui permet (si le dépassement est autorisé) de doubler la voiture qui la précède et de se rabattre en dix secondes.

Le système à écran double informe en temps réel le conducteur du statut des systèmes qui sont activés ou non, et de ce qu'ils sont en train de faire. En outre, toutes les commandes de ces très nombreux systèmes sont intégrés directement au volant et ils réagissent au toucher, au glissement et au tapotement des doigts, comme un écran de smartphone. Ils s'assurent aussi que le conducteur a bien au moins une main sur le volant en permanence afin de rester prêt à intervenir dans les situations problématiques.

Capable de suggérer à son conducteur de faire une pause après un long moment passé derrière le volant, la nouvelle Classe S est même capable, via l'Energizing Comfort Control, de travailler au bien-être de son conducteur. Lorsque celui-ci choisit un réglage, la voiture peut alors ajuster la climatisation ou la ventilation, activer le siège massant, diffuser un parfum, augmenter ou atténuer l'éclairage dans l'habitacle et même diffuser de la musique.

Cette nouvelle Classe S "spéciale bien-être" sera commercialisée en juillet.