Tendance déco 2019: "Y'a plus d'saison, ma bonne dame" selon Vincent Grégoire

 

En amont du salon, les tendanceurs issus de plusieurs bureaux de style, dont les scénographies seront à retrouver dans les différents halls, se prêtent à l'exercice. François Bernard de l'agence "Croisements" a observé "le mariage du design contemporain et du XVIIIe siècle", la couleur rouge qui "fait une percée dans l'univers de la décoration", le bois brûlé "qui monte en force" ou encore les effets marbrés sur la vaisselle et les plateaux.

François Delclaux prédit aussi une "présence accrue du bois", des motifs marins, ou encore une "esthétique très Miami années cinquante avec, en guest star, le rose corail, qui a même été élu couleur de l'année par Pantone".

Pour la tendanceuse (ou trendsetteuse pour les anglophones) Elizabeth Leriche de l'agence Ressource, le béton est de "plus en plus présent, qu'il s'agisse du matériau en lui-même mais aussi d'imitations béton que l'on retrouve dans des papiers peints, des peintures, mais aussi dans des luminaires ou des assises". Elle voit aussi l'arrivée d'une nouvelle façon d'habiller les murs avec du feutre ou des panneaux graphiques et le retour du bleu électrique.

Quant à Vincent Grégoire, à qui l'on doit la scénographie "Excuse my French", qui met en lumière "le retour de la France à l'avant de la scène internationale", il égrène les couleurs que l'on retrouvera à travers les différentes pièces sélectionnées pour sa présentation: forcément du bleu, du blanc du rouge, mais des bleus qui vont aller de l'indigo jusqu'au turquoise, des rouges qui tirent vers le cuivre ou la terracota. Quant aux blancs, ils iront de la craie jusqu'au beige.

 

Technologie et chlorophylle

Mais avec espièglerie, le tendanceur glisse: "Y'a plus d'saison, ma bonne dame! Du velours, il y en a en hiver; en été, idem pour le rafia, etc. La couleur de l'année, ça ne veut rien dire du tout...".

Et si les tendances de demain ne se résumaient pas à des couleurs, des matières mais à des nouveaux usages?

Alors qu'il évoque la section "French Tech" qui met en lumière la technologie à la française, il souligne que son intégration à nos intérieurs n'en est qu'à ses débuts. "Si initialement cette technologie était intrusive, sécuritaire, guerrière, elle devient de plus en plus bienveillante, enveloppante. Les enceintes prennent des formes rondes, le Wifi passera par la lumière, les écrans sont moins spectaculaires et plus intégrés aux murs et aux sols."

 

Une technologie qui vient servir une réappropriation du cadre de vie, et qui viendra se coupler avec un acolyte inattendu: le végétal.

"Dans ce nouveau projet de vie, de la maison connectée, on veut faire pousser, produire à la maison, on veut recycler les eaux grises, mais aussi consommer des choses saines", explique Vincent Grégoire. Une tendance qui n'est pas tombée loin de l'oreille du géant de l'ameublement suédois Ikea, qui a annoncé pour 2021 un projet, conçu avec Tom Dixon, de potager urbain pour les particuliers. Il sera loin le temps où le retour du vert dans la maison se résumait aux plantes vertes en souffrance dans votre salon. Dorénavant, les plantes ne seront plus que décoratives, mais aussi et surtout fonctionnelles. "Cette végétalisation du cadre de vie peut aussi avoir des bénéfices thermiques, phoniques ou sur la santé et pas uniquement sur ce que l'on mange, mais aussi ce que l'on respire, la chaleur, l'humidité."