Meubles vintage : la tendance décryptée avec Céline Hock de Muchishop

Meubles vintage : la tendance décryptée avec Céline Hock de Muchishop
2 images
Meubles vintage : la tendance décryptée avec Céline Hock de Muchishop - © John Keeble - Getty Images

Les meubles vintage ont de plus en plus la cote depuis une quinzaine d’années. Ils envahissent nos intérieurs et trouvent facilement leur place dans une déco de base Ikea. Mais qu’a donc le vintage pour faire chavirer nos cœurs ?

Le mobilier du 20e siècle a été très novateur, créant des formes uniques et originales qui ont révolutionné l’utilisation des meubles et leurs places dans nos intérieurs. Aujourd’hui encore, les designers modernes sont influencés par les révolutions du 20e siècle.

Céline Hock de Muchishop, propriétaire d’une boutique pas comme les autres, nous parle de la tendance Vintage et nous raconte son parcours dans le monde du meuble vintage.

 

  • Les meubles vintage ont-ils toujours eu du succès ou voit-on une différence ces dernières années ?

Les meubles vintage sont de plus en plus à la mode, cela fait 15 ans environ qu’on assiste à une montée en puissance. Depuis quelques années, il y a une conscience écologique qui s’installe progressivement et, depuis peu, chez tout le monde. Ce n’est plus l’apanage des riches bobos. Pourquoi acheter du neuf alors que les magasins et les sites de seconde main regorgent de pépites ? Et c’est pareil pour les fringues. On trouve tout en seconde main !


Lire aussi : Vanessa Bruno : "Les produits faits pour être portés six mois sont totalement obsolètes"


  • Quelles années sont les plus plébiscitées par les acheteurs ?

C’est clairement les années 50, 60, ce qu’on appelle le "Mid-century", le milieu du siècle. Mais les années 70 marchent pas mal aussi, même si c’est un peu plus spécial et que tout le monde n’aime pas (comme moi, j’ai du mal avec le plastique, les couleurs orange, brun, etc.) du coup, je propose très peu d’années 70 sur mon shop, à moins d’un coup de cœur, évidemment !

  • Y en a-t-il pour tous les prix ? Qu’est-ce qui fait la différence entre un meuble cher et un moins cher ?

Il y en a pour absolument tous les prix. La différence entre un meuble cher et moins cher, ce sera le designer : un meuble Pastoe, un canapé Ligne Roset, une chaise Eames, une lounge chair Herman Miller, etc. Ces pièces-là sont évidemment plus chères, mais c’est en général un bon investissement, car elles sont intemporelles et fonctionneront dans votre intérieur jusqu’à la fin de votre vie.

  • Quelles tendances de meubles vintage va-t-on voir en 2021 ?

J’observe vraiment que les meubles vintage ont plus de succès quand ils sont lumineux, un bois couleur miel va mieux marcher qu’un bois sombre. Les meubles brillants, style laqués, fonctionnent aussi beaucoup moins bien qu’un bois mat qui a juste été ciré par exemple.

En termes de meubles, ce sont les enfilades qui ont le plus de succès dernièrement. J’ai du mal à en proposer et elles ne restent jamais très longtemps en ligne avant d’être réservées puis achetées. Dans le même style, les Wall-units sont aussi très demandés.

  • Comment intégrer un meuble vintage dans un intérieur ‘Ikea’ ?

Ce qui est chouette avec le vintage, c’est de mélanger les genres et les styles, personnellement je ne suis pas fan du ‘tout vintage’, ça m’étouffe un peu, ça fait vite poussiéreux. Ce qui est vraiment tendance et stylé c’est d’avoir un joli meuble vintage et des décorations vives, avec une jolie lampe Jielde par exemple.

Je vois des jeunes clients qui veulent se débarrasser de leurs pièces Ikea, et petit à petit ils remplacent un meuble par un autre.

Le plus facile est de commencer par une commode à tiroirs tout en décalant les autres meubles plus 'Ikea' pour lui laisser la place qu’elle mérite. Le maître-mot du vintage est parcimonie sinon on tombe vite dans le vieillot désuet.

  • Pourquoi investir dans un meuble vintage de qualité ?

Parce que c’est un meuble qui a déjà tenu plus de 50 à 60 ans, donc c’est qu’il tient la route et qu’il conserve sa valeur. On ne peut pas en dire autant d’un meuble en kit qui, après un déménagement, est souvent bon pour la poubelle.


Lire aussi : Tous fans du look vintage de Beth Harmon, la prodige des échecs !


Céline Hock s’est lancée dans le vintage en ouvrant le Mushishop

Diplômée d’une licence en communication des entreprises à L’ULB et un parcours en entreprise, Céline Hock a toujours été passionnée de décoration. Comme beaucoup, elle rêve de changer de métier sans oser passer le cap. C’est après l’arrivée de son troisième enfant, qu’elle s’est dit qu’il fallait que son métier la passionne et qu’elle allait enfin oser ses rêves.

Passée en indépendant à titre complémentaire (moins risqué, moins flippant), après quelques mois d’activité, elle se rend compte que sa proposition plaît au public, qu’il y a une vraie demande et un retour des clients. Ça la booste et lui donne confiance, et elle s’investit à 100% dans sa nouvelle activité.

Le principe de base : "ne proposer que ce que je pourrais mettre chez moi".

Comme Céline l’explique : "Je choisis des meubles que je pourrais mettre chez moi, dans ma déco, d’ailleurs ça m’arrive parfois d’en garder un pour moi, et de vendre sur le shop celui qu’il remplace. Ils ne sont pas toujours à rénover. Parfois c’est simplement un petit nettoyage et un peu d’huile pour nourrir le bois."

  • Quel impact a eu le coronavirus sur votre métier ?

On n’a pas pu restocker comme d’habitude. Le premier confinement m’a permis de proposer à la vente tous les meubles à restaurer que j’avais mis de côté, par faute de temps. J’ai pu me consacrer à leur restauration, et les proposer à la vente. J’ai même regarni mes premières chaises (petite fierté).

Le deuxième confinement a été plus dur, car je n’avais pas du tout de stock. J’ai donc décidé de développer la catégorie d’objets neufs de mon site, ce que je voulais faire depuis longtemps. J’avais déjà les rééditions des Tomado, qui fonctionnent bien.

J’ai rentré des super vases ‘glouglou’ qui font vase ou carafe, au choix, et qui s’intègrent super bien dans un environnement vintage. Et je vais bientôt proposer les lampes Jielde, c’est une petite consécration pour moi, ce sont des lampes qui existent depuis les années 50, elles sont sublimes, increvables et existent en tellement de couleurs que j’ai dû me casser la tête pour choisir quelles couleurs j’allais commander. Elles arriveront sur le site mi-Janvier. J’ai trop hâte ! Et avec le déconfinement, je vais enfin pouvoir reproposer du vintage sur les réseaux.

CARAFES GLOUGLOU Nouvelles couleurs et réassort! Toutes en taille XL A utiliser en carafes (qui font glouglou: pour...

Publiée par Muchishop sur Mardi 22 décembre 2020
  • Pourquoi avez-vous choisi cette forme de " showroom " ?

Au départ, ce n’était pas un choix. Je n’avais pas les fonds pour louer un magasin. J’ai profité de la maison dans laquelle j’habite pour stocker les meubles. Et je dois dire que la crise du coronavirus m’a conforté dans cette idée. Payer un loyer pendant tous ces mois, sans pouvoir ouvrir le magasin aurait probablement eu des conséquences très lourdes.

Cette configuration est pratique pour tout le monde, les clients sont accueillis chez moi, ils peuvent voir les meubles en situation réelle. Et moi, je suis chez moi, je continue à prendre les photos, ou poster des articles, ou répondre aux messages. Si les clients ont un peu de retard, ce n’est pas très grave. C’est tout confort !


Plus d’infos :