Déco: trucs et astuces pour vieillir chez soi en sécurité

 

Sur 80 m2, tout est conçu pour faciliter la vie, pièce par pièce. La cuisine est équipée de placards accessibles sans grimper sur un tabouret. Le frigo est surélevé pour éviter de se casser le dos en attrapant la bouteille de lait. La table de cuisine est à hauteur réglable.

Un petit guide relève les 30 questions à se poser pour rendre le logement plus sûr.

Sur les fourneaux, adopter des casseroles à manches fixes, et si possible à deux poignées plutôt qu'une pour une meilleure prise en main.

Devant l'évier, penser à un sol ou un tapis antidérapant, tout comme dans la salle de bains.

"La douche est toujours préférable à la baignoire", conseille l'ergothérapeute Olivier Renault. Les baignoires à porte sont une fausse bonne idée: la personne doit être assise dans la baignoire avant de faire couler l'eau, et devra aussi vider la baignoire avant d'ouvrir la porte pour sortir, ce qui multiplie les moments d'inconfort à grelotter tout nu.

La douche doit être si possible au niveau du sol (ou avec maximum 15 cm de dénivelé) et équipée d'un sol antidérapant. Un siège repliable fixé au mur permet de s'assoir. Des barres d'appui facilitent l'accès partout où on doit se relever sans effort: douche, WC.

Il faut éviter d'encombrer les couloirs de meubles ou bibliothèques, et marquer un chemin lumineux entre la chambre et les toilettes. Le plus simple: un ruban adhésif phosphorescent autour de l'interrupteur et sur le mur.

 

La chute, première cause de décès accidentel

Olivier Renault conseille de faire du "sur-mesure": "L'appartement témoin donne des idées, mais chaque logement doit être adapté à la personne".

Anne-Marie Duquesne, 70 ans, écoute avec intérêt. Bien que propriétaire dans une résidence senior, elle dispose d'une douche trop étroite et ses placards de cuisine sont inaccessibles.

"Les choses les moins adaptées, on les voit dans certaines résidences seniors", soupire l'ergothérapeute.

Elisabeth d'Intino, 60 ans, vient pour la première fois au Salon des seniors. "Il faut anticiper", dit-elle. "L'an dernier, j'ai eu une fracture de la malléole et j'ai eu du mal avec les huit marches menant à l'ascenseur de l'immeuble."

"Dans mon appartement, l'urgence, c'est la baignoire", constate-t-elle.

 

Les personnes âgées sont, avec les enfants, les premières victimes d'accidents domestiques. La chute constitue plus de 80% des accidents de la vie courante chez les plus de 65 ans et est la première cause de décès accidentel, selon le site attitude-prévention mis en place par les assureurs français.

Un tiers des plus de 65 ans et la moitié des plus de 85 ans font au moins une chute par an, qui survient au domicile dans 62% des cas.