Les Relais Routiers, l'autre halte culinaire pour des vacances authentiques cet été

Les Relais routiers, l'autre halte culinaire pour des vacances authentiques cet été.
Les Relais routiers, l'autre halte culinaire pour des vacances authentiques cet été. - © All Rights Reserved

Ils n'affichent pas plus de 15 euros un menu complet avec entrée, plat et dessert. Si leur offre est attractive, les Relais Routiers sont aussi un moyen de se connecter à la cuisine de terroir et d'oser les rencontres conviviales sur la route des vacances. Un guide leur est même consacré et recense tous ceux qui honorent le "fait maison".

Puisque l'été 2020 est le millésime de la redécouverte des régions françaises, c'est le moment de se défaire des clichés et de s'offrir une nouvelle expérience culinaire : déjeuner dans un Relais Routier. Ces établissements qui ne paient pas de mine, situés sur le bord des routes, sont bien sûr l'apanage des professionnels de la route. Mais les familles y sont aussi accueillies.

Dans un décor désuet, on y découvre des recettes locales, des produits du terroir, des tarifs très accessibles et ce petit bout de France sans chichis qui plaira inévitablement aux baroudeurs.

La convivialité s'impose comme le maître mot, où que l'on aille. Dans le plus vieux Relais Routier français (le relais de Beg-Ar-C'hra), qui se situe dans les Côtes-d'Armor, à Plounévez-Moëdec, le ton est donné d'entrée avec cette inscription sur le mur : "Ici, depuis 1870, on mange, on boit, on sympathise".

Histoire d'une légende

Avant d'être un type de restaurant, les Relais Routiers sont en fait une marque, celle du journal "Les Routiers", lancé en 1934. La parution aborde tous les aspects du transport routier, informe sur l'évolution du métier et partage des comptes-rendus de courses de camions.

A l'époque, pour que les chauffeurs aient le temps de lire le journal, les haltes culinaires où sont rassemblés le plus de camions sont repérées pour devenir des relais pouvant assurer sa distribution en libre-service.

Dans un contexte difficile pour ces restaurants familiaux, concurrencés par l'activité des autoroutes et des grandes chaînes qui s'y installent, les tables honorant encore l'esprit de ces relais sont référencées dans le Guide des Relais Routiers, dont la publication a eu lieu début avril mais dont la distribution ne démarre que maintenant, confinement oblige. 

Comment les reconnaître ?

Le panneau moitié bleu, moitié rouge, c'est le repère des relais routiers. On y prépare une cuisine faite maison et le prix du menu n'excède pas 15 euros pour une entrée, un plat et un dessert. Souvent, ils présentent les traditions culinaires locales, comme cette gardianne de taureau dans le relais L'Etape à Senas, dans les Bouches-du-Rhône.

A l'instar du Guide Michelin, qui félicite les meilleures adresses avec une étoile, les Relais Routiers où l'on se régale le plus sont distingués par une "Casserole". 61 établissements peuvent se vanter d'avoir décroché cette distinction. Historiquement, les Relais Routiers doivent aussi disposer de parkings. Dans le guide, on repère enfin les tables qui sont ouvertes le week-end, bénéficient d'un accès wifi ou encore acceptent les chiens. 

Les relais routiers sont aussi référencés sur un site dédié : www.relais-routiers.com