Douze bouteilles de bordeaux reviennent de l'ISS, mais pourquoi ?

Les bouteilles sont restées scellées à bord de l'ISS
3 images
Les bouteilles sont restées scellées à bord de l'ISS - © chainatp - Getty Images/iStockphoto

Les 12 bouteilles apportées sur l’ISS en 2019 reviennent sur Terre après avoir fait un tour dans l’espace. Si vous ne pourrez pas en goûter, elles serviront à créer une vigne plus résistante au changement climatique.

Douze bouteilles ont donc fait un voyage qui est d’habitude réservé à une toute petite portion d’hommes et de femmes. Elles n’auront cependant pas profité du paysage puisqu’elles étaient scellées, chacune dans un cylindre en acier, afin d’éviter de les casser comme l’explique le Decanter, magazine spécialisé dans le vin.

Une dégustation galactique en mars

Leur but n’était donc pas d’être ouvertes et bues par les astronautes (bien qu’ils n’auraient probablement pas dit non à un petit verre de bordeaux) mais bien de les utiliser pour des expériences scientifiques. En plus des bouteilles arrivées dans la station spatiale en 2019, 320 extraits de vigne de merlot et de cabernet sauvignon ont aussi fait le grand voyage en 2020.

Les bouteilles resteront encore scellées jusqu’à la fin février avant que deux bouteilles soient ouvertes dans leur région d’origine (à Bordeaux) pour être dégustées par quelques grands connaisseurs français.


Lire aussi : Grands Bordeaux : quels sont les classements à connaître?


On ne doute pas que ces experts du vin connaissent les bons gestes pour déguster une bouteille de cet acabit, ils pourront ainsi découvrir comment l’espace a changé le goût, la sédimentation et l’aspect du vin. Les autres bouteilles serviront à faire de nombreux tests.

Comment protéger les vignes du changement climatique ?

Le but premier de cette expérience est de découvrir de nouvelles manières de protéger l’agriculture du changement climatique et de créer des souches qui puissent résister aux différents problèmes climatiques auxquels on assiste de plus en plus : sécheresse, canicule, pluies diluviennes, etc. Un sujet qui interroge depuis longtemps et qui a déjà reçu quelques réponses cette année.

Nicolas Gaume, PDG et cofondateur de Space Cargo Unlimited a déclaré selon The Guardian : "Notre objectif est de trouver une solution pour avoir demain une agriculture à la fois biologique et saine et capable de nourrir l’humanité, et nous pensons que l’espace a la clé".

On le constate partout dans le monde et, par exemple dans le Roussilon, les vendanges sont de plus en plus précoces à cause des canicules et du réchauffement du climat.

Grâce à ce petit tour dans l’espace, les experts espèrent comprendre comment les centaines de morceaux de vignes et les bouteilles de vin ont vécu le stress de l’apesanteur et de la micro-gravité (les stress ultimes selon Nicolas Gaume) et traduire cela dans des plantes plus robustes et résilientes sur Terre.