Coronavirus : au Royaume-Uni, des restaurants convertis en magasins alimentaires

La chaîne britannique de fast-food Leon va convertir ses restaurants en mini-supermarchés afin de s'adapter à la crise du coronavirus
La chaîne britannique de fast-food Leon va convertir ses restaurants en mini-supermarchés afin de s'adapter à la crise du coronavirus - © Tolga AKMEN / AFP

La chaîne britannique de fast-food Leon va convertir ses restaurants en mini-supermarchés afin de s'adapter à la crise du coronavirus et d'aider les Britanniques à faire leurs courses au moment où les grandes enseignes sont prises d'assaut.

Du fast-food au supermarché en ligne

Leon, connue notamment pour ses burgers, explique dans un communiqué qu'elle va proposer une plateforme d'achats en ligne qui permettra aux consommateurs de se faire livrer comme s'ils passaient par une chaîne de supermarchés traditionnelle. Ses restaurants et cette plateforme proposeront à partir de demain des plats préparés, des sauces, de la viande et autres. L'enseigne compte 65 établissements au Royaume-Uni.

Les clients pourront également acheter ces produits via des applications de livraison comme Deliveroo et Uber Eats.

"D'un côté, vous avez des restaurants et leurs personnels prêts à fournir de la nourriture aux consommateurs et de l'autre des supermarchés avec des rayons vides. Ce n'est pas juste, pour les clients, les gens qui perdent leur emploi et les entreprises", souligne John Vincent, fondateur et directeur général de Leon.

Préserver l'emploi

De très nombreux restaurants sont obligés de fermer compte tenu de la chute de fréquentation et des consignes du gouvernement. L'enseigne McDonald's va par exemple fermer à partir de lundi soir tous ses établissements dans le pays. Ses concurrents Burger King et KFC restent quant à eux ouverts mais seulement pour emporter. Autre exemple, la chaîne Nando's, spécialisée dans le poulet grillé, va quant elle baisser le rideau de ses 400 restaurants.

Pour M. Vincent, le secteur de la restauration risque des milliers de faillites et des millions de licenciements si rien n'est fait.

Il lance d'ailleurs un appel à tout le secteur (agriculteurs, producteurs, chefs et entreprises de livraisons) afin que tous ses acteurs travaillent ensemble pour sauver des emplois et proposer davantage aux Britanniques.