Michelin : cinq chefs qui auront gagné quoiqu'il arrive

Jean-Francois Piege sera-t-il membre du palmarès Michelin 2018 ?
5 images
Jean-Francois Piege sera-t-il membre du palmarès Michelin 2018 ? - © BERTRAND GUAY / AFP

Une, deux ou trois étoiles... Peu importe le nombre ou l'absence de macarons décernés par le guide Michelin lundi 5 février, ces cinq chefs remporteront la bataille médiatique le jour J. Voici pourquoi.

 

Jean-François Piège - le Grand Restaurant, Paris

Comme un goût de déjà vu... En 2017, le nom du chef du "Grand Restaurant" est sur toutes les lèvres. Tout le monde, critiques, foodies et autres amateurs du palmarès Michelin, attend d'assister à la montée sur scène de Jean-François Piège.

Le juré de "Top Chef" sera finalement le grand absent de cette édition, puisque Piège gardera son compteur bloqué à deux macarons pour sa table du 8e arrondissement de Paris. Une non-consécration qui avait fait grand bruit dans le milieu.

L'attente est donc immense en 2018, même si les critiques ont appris à être prudentes. Qu'il remporte la troisième étoile ou pas le 5 février, Jean-François Piège alimentera les conversations. 

 

Jean Sulpice - l'Auberge du Père Bise, Talloires (Haute-Savoie)

L'élève de Marc Veyrat a ressuscité une légende gastronomique du lac d'Annecy en mai dernier : l'Auberge du Père Bise.

Gault&Millau n'a pas attendu une année pour féliciter l'ex-chef du plus haut restaurant d'Europe, qui a quitté les cimes de Val Thorens (Savoie), pour se consacrer à ce défi dans la vallée. D'emblée, en novembre dernier, le guide jaune note 18,5 sur 20 la partition du chef et ajoute le titre de "cuisinier de l'année".

Comment Bibendum va-t-il réagir ? On sait que Michelin déteste jouer les "suiveurs". Sulpice pourrait être un cas de conscience. Rien qu'en cela, l'Auberge du Père Bise aura remporté une belle mise en lumière.

 

Maxime Laurenson - Loiseau Rive Gauche, Paris

Le dernier bastion parisien du groupe Bernard Loiseau décrochera-t-il sa première étoile ? Loiseau Rive Gauche est désormais une des tables les plus suivies de Paris, compte tenu du talent de son chef Maxime Laurenson, un jeune Auvergnat passé chez Mathieu Vinnay (la Mère Brazier, Lyon) et Jean Sulpice.

Le cuisinier est arrivé aux fourneaux en mai 2016. Déjà en 2017, le chef qui milite pour la défense des petits producteurs et pour le respect des produits locaux avait inscrit son nom dans les pronostics pour la catégorie "1 étoile". Sa signature culinaire et son discours ayant été affûtés, peu de foodies se risqueraient à comprendre Michelin, si rien ne se passe le 5 février. Résultat, qu'il y ait étoile ou pas, le palmarès 2018 donnera inévitablement envie de pousser les portes de Loiseau Rive Gauche.

 

David Bizet, l'Orangerie (Four Seasons George V), Paris

L'objectif du Four Seasons George Paris n'est pas un secret : il rêve de devenir le premier, et l'unique, palace dans le monde à brandir pas moins de six étoiles Michelin !

Christian Le Squer, au restaurant le Cinq en détient trois, Simone Zanoni en présente une à la table méditerranéenne du palace, tandis que David Bizet a décroché la première étoile du restaurant "L'Orangerie" en 2017. Fidèle collaborateur de l'hôtel de luxe de l'avenue George V depuis une quinzaine d'années, le chef Bizet s'est vu confier un projet gastronomique à la mesure de son talent.

La justesse de ses assiettes est unanime, et tout porte à croire qu'un deuxième macaron s'ajoutera au palmarès en 2018, venant créer la sensation dans l'univers très feutré des palaces.

 

Marc Veyrat, la Maison des Bois, Manigod (Haute-Savoie)

Comment Bibendum va-t-il réagir à la menace du chef au chapeau noir de claquer la porte en cas de refus d'une troisième étoile pour la Maison des Bois ?

Marc Veyrat n'a pas sa langue dans sa poche. Déjà en novembre 2016, Veyrat confiait à Relaxnews se sentir "orphelin de l'adrénaline provoquée par les guides gastronomiques". Le chef, dont le caractère bien trempé est connu, sera dans le collimateur le 5 février, soit pour l'obtention de ses trois macarons, soit parce qu'il associera sa parole aux actes... ou pas.