Les adresses de la rédac : un bar à fromages dans le centre de Bruxelles

Dans le centre-ville, une adresse à ne pas manquer !
6 images
Dans le centre-ville, une adresse à ne pas manquer ! - © Tous droits réservés

Tendance a rencontré Véronique et son fils qui ont eu la merveilleuse (et délicieuse) idée d'ouvrir un bar à fromage dans le centre-ville de Bruxelles !

Un bar à fromage, qu'est ce que c'est? C'est assez simple comme concept de base : comme un bar à vin sauf qu'on y mange des fromages plutôt que d'y boire du vin (vous nous suivez?)

La genèse : le fromage et le féminisme

 

Véronique et son fils viennent d'une région lointaine de France : le Jura. Là-bas, il y a des montagnes, du vin jaune (non ce n'est pas du vin blanc foncé), des vaches et du fromage.

 

En arrivant en Belgique, il y a 15 ans, Véronique fait la promotion du Comté, son fromage de prédilection (elle participe à des concours de dégustations, des salons, elle décortique le Comté sous toutes ses coutures!). Elle travaille ensuite dans une fromagerie réputée de Waterloo (Saint-Michel) mais son cœur reste accroché à Bruxelles et elle y passe tous ses weekends.

 

Pendant ces quelques années dans le Brabant Wallon, elle gagne le concours de premier fromager de Belgique mais revendique la féminisation du nom "Première Fromager de Belgique". Tous ces métiers d'artisans du goût sont encore fort gravés dans la culture masculine et (on lève le point bien haut) elle a décidé d'imposer la féminité dans le monde de la gastronomie! Sans être féministe à l’extrême, on salue son geste.

 

La Fruitière

 

Après des années à travailler pour les autres, elle a envie de commencer son projet personnel et, son fils (Léo) ayant fini ses études de fromager affineur à Paris, il la rejoint pour démarrer une nouvelle aventure : le bar à fromage.

La base de la base reste et restera toujours : le fromage. Un bar, un magasin, une salle de dégustation, tout ce que vous voulez mais autour du fromage (ça ne sert à rien de rentrer pour un sandwich au thon, il n'en ont pas!).

La clientèle se divise en deux : les chalands qui font leur courses et entrent pour acheter du fromage VS les amateurs de découvertes qui s'installent à la table et boivent un verre pour accompagner un des plateaux de fromages.

Personnellement, nous nous retrouvons dans la 2ème catégorie et le cadre s'y prête à merveille : des bancs, du bois, la chaleur et la cosyness qui émanent des étagères, l'odeur des fromages, la pluie fine qui tombe dehors pendant que vous mangez une fondue ou une raclette... Que demander de plus?

Les fromages

 

Oui parce qu'on discute, on discute mais si on vous parlait des fromages qu'on peut y trouver? On va vous faire baver !

 

D'abord, un petit tour d'horizon sur la philosophie du choix des fromages. Véronique ne prend pas un fromage parce qu'il est connu, ou parce qu'il est facilement vendable. Elle a ses critères :

  • ça doit lui plaire : c'est logique, si elle n'aime pas, elle aura du mal à vous le vendre...
  • au lait cru principalement (elle a néanmoins quelques fromages au lait pasteurisé parce que les femmes enceintes ont aussi le droit de manger du fromage!)
  • le respect du paysage, des animaux et des travailleurs (le côté éthique de la chose nous plait)
  • qui transpire l'artisanat et qui ont une jolie histoire ou une philosophie réelle

 

Elle nous parle alors d'un petit fromager d'Angleterre qui aimait le Stilton mais qui croyait dur comme fer au lait cru (dans un pays qui n'aime que le lait pasteurisé, c'est une vraie révolution). Alors il a créé le Stichelton et, ce papy anglais, vend aujourd’hui son fromage dans et hors de ses frontières pour le plus grand plaisir des fins gourmets (aka nous).

Et le fromage belge dans tout ça?

 

Véronique adore les fromages belges, même si elle est et reste française (c'est-à-dire avec une culture du fromage encore plus étendue que la nôtre). Ce qu'elle aime (et déplore en même temps), c'est que le fromage en Belgique est très vite industrialisé. Il lui faut donc, pour découvrir des petits producteurs, se déplacer, rencontrer, chercher, gouter, pour finalement découvrir des petites perles qui lui permettront de mettre nos fromages en valeur dans son magasin.

 

Le Bio a également une forte implication dans son choix et sur son étalage. Ce n'est pas un critère exclusif de sélection mais cela lui tient à cœur malgré tout (sur les étiquettes, on peut voir le label donc vous en trouverez sans problème).

Ce qu'on a envie de découvrir : la tomme affinée aux cerises de la Kriek de la brasserie Cantillon !

Le mot de la fin

 

Pour Véronique, ouvrir une fromagerie a une raison d'être dans le cadre du local, du développement durable. Certes, on en parle beaucoup à propos des légumes mais le fromage a une place prépondérante dans le concept.

Elle aime mettre en avant des produits mais surtout des gens, un terroir et des valeurs.

 

Plus d'infos :