Guide Michelin : les temps forts de cette édition 2018

Christophe Bacquié, chef triplement étoilé du Monte Cristo à l'Hôtel du Castellet
Christophe Bacquié, chef triplement étoilé du Monte Cristo à l'Hôtel du Castellet - © Hôtel du Castellet

Ultra millimétrée, filmée, et surtout très attendue, la conférence de presse de l'annonce du palmarès 2018, dont l'organisation a été repensée, était en soi une nouveauté. Retour sur les temps forts de ce rendez-vous à huis clos.

 

16h56

La conférence de presse démarre. Michelin rend hommage à Paul Bocuse en diffusant un film revenant sur l'aura internationale du grand chef étoilé, décédé le 20 janvier dernier. Un moment d'émotions, aidé par la diffusion d'interviews que le pape de la gastronomie avait données durant sa carrière. "Ce qui me rend heureux, c'est de rendre les gens heureux", lance Bocuse dans l'une de ses interventions télévisées.

Claire Dorland-Clauzel, directrice générale des marques du groupe Michelin, ponctue cet hommage : "c'est le père de la gastronomie moderne française. Il a mis le produit et le terroir au centre de la cuisine. Il a fait sortir les cuisiniers de leur cuisine et a rendu la gastronomie française internationale. La cuisine tricolore, c'est le phare de la gastronomie mondiale". Un hommage savamment ponctué d'une standing-ovation.

Pour officialiser la publication du guide 2018, qui sera disponible en librairie le 9 février, la directrice commerciale résume "Michelin ne fait pas les tendances, ne fait pas les modes, il reconnaît la bonne cuisine. Le rôle du guide Michelin, c'est d'être un moteur pour pousser la qualité de la gastronomie française vers le haut".

 

17h11

Michael Ellis, directeur international du guide Michelin, annonce avoir l'intention de ponctuer le rendez-vous par une série d'anniversaires. Le chef Pierre Gagnaire est le premier à se lancer. L'ancien commis de Paul Bocuse monte sur scène pour fêter ses 20 ans de trois étoiles. Le chef du restaurant éponyme à Paris dispose d'une douzaine de tables à travers le monde.

 

17h20

Anne-Sophie Pic, seule femme chef française détentrice de trois étoiles, entre en scène pour accueillir les toques lauréates d'une étoile. La chef de la Maison Pic, à Valence, a la responsabilité d'accompagner les nommés dans cette nouvelle aventure étoilée.

 

17h50

Michael Ellis célèbre les 30 ans d'étoiles de Bernard Pacaud, chef du restaurant l'Ambroisie à Paris.

 

17h55

Michael Ellis confirme que les deux étoiles n'ont pas été prévenus de leur promotion. Les chefs "1 étoile" ont reçu un coup de fil vendredi 2 février dernier. Très attendu, l'ancien second de Marc Veyrat, qui s'est lancé le défi de reprendre l'auberge du Père Bise à Talloires transforme l'essai et arrache d'emblée deux étoiles, soit autant de macarons que dans son précédent restaurant de Val Thorens. Ce dernier lance "Quelle émotion", en réponse au directeur du guide qui souligne "le talent et l'engagement de l'équipe de Jean Sulpice".

 

18h15

Michel et César Troisgros montent sur scène pour célébrer les 50 ans de la maison familiale, qui vient de quitter les lieux historiques face à la gare de Roanne, pour la campagne environnante, à Ouches.

 

18h22

Michael Ellis tente de faire monter le suspens pour annoncer le premier "trois étoiles" de ce cru 2018, dont le nom avait fuité plus tôt dans la journée. Le chef au chapeau de berger avait prévenu que s'il ne décrochait pas les trois macarons, il se retirerait du guide rouge. "Pendant 1 an et demi, j'étais orphelin de mon métier parce que je n'étais pas sur le guide", résume Veyrat. Il est l'unique chef à avoir obtenu trois fois trois étoiles. "Il faut toucher le fond pour se rendre compte du meilleur", conclut-il.

 

18h29

Deuxième et dernier chef triplement étoilé de ce palmarès 2018 : Christophe Bacquié lève les bras au ciel et est chaleureusement salué par l'assemblée, constituée de 200 chefs. Le chef de l'hôtel du Castellet demande au guide Michelin "qu'on lui fasse confiance parce qu'il ira très loin".