Cul Sec et Djo : deux adresses où les bons produits sont à l'honneur

Deux adresses pour bien manger à Bruxelles avec des produits d'enfer
7 images
Deux adresses pour bien manger à Bruxelles avec des produits d'enfer - © Chloé Rosier

Tendance vous propose ici deux adresses coup de coeur pour bien boire et bien manger (on parle ici de qualité plus que de quantité).

Nous avons beaucoup hésité à mettre ces deux adresses dans un même article parce qu'elle valent la peine d'être mise en avant seules. Nous y avons très bien mangé, nous y avons très bien bu, nous y avons passé un moment convivial et très agréable. Et nous vous souhaitons de faire pareil!

Cul Sec : des bons produits, par les bonnes personnes

Une nouvelle adresse dans un quartier peu connu pour ses très bons restaurants (la rue des pitas, on y va pas pour le gastronomique), on leur prédit malgré tout un bel avenir

Vous vous demandez souvent où aller manger avant un film à l'UGC de Brouckère ou après une pièce au théâtre des Galeries? Ne cherchez plus (ou changez vos habitudes du quick) et allez faire un petit tour chez Cul Sec.

Amateurs de bons produits, vous vous régalerez. On ne parle pas ici uniquement de produits qui ont du goût, on parle de produits locaux, de temps dépensé pour aller chercher les légumes chez les producteurs du coin parce qu'il valent la peine. On parle de produits chinés et trouvés par un négociant dans les plaines du Pau pour un riz parfait pour le risotto du chef, du parmesan affiné dans les caves italiennes, des tomates oubliées et des fromages doux de chèvres élevées dans les montagnes. Si ce genre de chose vous parle, vous êtes à la bonne adresse et le chef se fera une joie de vous parler de ses produits parce que ça compte! 

C'est un duo de passionnés, Rémi Wies et Philippe Renoux (ex-chef du restaurant Orphyse Chaussette au Sablon) qui ont décidé de quitter leur ancien monde (la finance pour l'un, la cuisine gastronomique pour l'autre) pour ouvrir un joli bar à vin bistronomique. 

Le concept est simple (et le nom du restaurant vous aiguille) : savourer des vins (souvent bio et en biodynamie) dénichés chez de petits producteurs par Rémi Wies, et déguster les plats de Philippe Renoux, fervent défenseur du concept slowfood qui affiche chaque jour des propositions originales (comme un jambon-melon revisité). Ce qui nous plait aussi c'est que la carte change souvent (presque trop souvent au goût de Rémi) parce que le chef ne veut pas conformer ses produits à sa carte mais bien l'inverse : ce sont les produits du jour qui déterminent ce qui sera affiché (si ça c'est pas du respect!).

 

Les vins, Rémi les aime naturels, bio majoritairement et en biodynamie si possible. Encore un concept qui nous parle parce que les sulfites ajoutés qui nous donnent une belle barre au dessus des yeux le lendemain : non merci. Nous avons pu gouter 4 vins différents en alliance avec nos plats et (nous sommes de petite constitution) aucun mal de tête à déclarer le lendemain. N'hésitez pas à l'aiguiller sur vos goûts, nous y avons gouté un des meilleurs vins de notre (courte) vie!

La carte changeant très souvent, nous ne pourrons malheureusement pas vous donner de conseils précis mais, si un risotto est à l'affiche, allez-y les yeux fermés! Nous avons eu une version aux fines herbes absolument délicieuse : riz fondant et croquant, sauce aux fines herbes ultra fraiche (qui balance le côté un peu mastoc qu'ont tous les risottos), une couleur verte étincelante. Un régal! En terme de dessert, le semi-freddo était une très belle surprise avec des noix à n'en plus finir et une meringue italienne au citron qui aide à tasser ce très bon repas dans nos estomacs bien remplis.

 

Plus d'infos

  • Adresse : Rue des Chapeliers 16, 1000 Bruxelles
  • Facebook : Cul Sec
  • Horaires : 18h-23h30 (on peut y manger jusqu'à la fermeture)
  • Prix : entre 15€ et 25€ le plat

Djo : partager autour d'un verre

Le concept de l'endroit : la convivialité. Djo, c'est un bistro-bar où les plats sont à partager.

On se rend directement compte que l'on n'est pas dans un restaurant habituel : la cuisine est totalement ouverte à l'entrée. Ça vous met dans l'ambiance! 

Nous avons beaucoup aimé la terrasse avec, dans le fond, les vestiges d'une fausse grotte de style romantique comme on en faisait il y a deux siècles (oui, tant que ça!). Malheureusement, elle n'est pas ouverte le soir (voisins oblige) et ça, ça nous attriste. Le reste du restaurant est un savant mélange entre ancien (maison de maître bruxelloise) et moderne (tuyau d'aération apparent, métal brut). Tout cela donne un aspect cosy et une ambiance chaleureuse à l'espace.

Maxime et Louis on démarré l'aventure avec deux mots-clés : convivialité (oui je me répète) et bons produits. Des petits producteurs qu'ils ont rencontrés et sélectionnés pour la qualité de leur production. Et en plus, ils offrent un (tout petit) espace épicerie présentant quelques produits venant directement de ces producteurs!

Comme pour Cul Sec, l'ardoise des plats proposés change régulièrement (nous y somme allés deux fois et nous n'avons pas retrouvé 100% des mêmes plats). Néanmoins, un must à gouter (selon nous) c'est le tartare de boeuf thai. Délicieux, frais, avec un arrière-gout de litchi...une tuerie! Sinon pour les végétariens,vous aurez un bon choix également avec, notamment, du fromage et des légumes grillés dans les 5 planches de la carte (donc pas de changement pour elles contrairement à l'ardoise).

Nous vous conseillons de ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre (même si c'est très tentant) et de rester à 3 plats à partager plus un dessert. Nous avons eu les yeux plus gros que le ventre (vous vous en doutez) et avons pris une planche mixte et trois plats : une burrata très fraiche accompagnée de fraise, de l'houmous de patate douce légèrement décevant et une bruscetta de caviar d'aubergines froide qui est passée toute seule.

Mais si nous devions garder un élément culinaire en mémoire, ce serait le dessert. Un tiramisu fruits rouges-spéculoos... malgré les 4 plats susmentionnés, nous n'avons eu aucun mal à finir ce dessert réellement divin.

Côté bar et boissons, tout le monde trouvera son bonheur. Les bières sont représentées par des micro-brasseries belges et DJO a même sa bière blonde éponyme au fût. Des cocktails originaux que nous vous recommandons (notamment le Mojidjo et le ) et des vins qui proviennent tous en direct du producteur et sont principalement français avec l’une ou l’autre référence italienne ou espagnole.

Plus d'infos

  • Adresse : Chaussée de Charleroi, 227 à 1060 Saint-Gilles
  • Facebook : Djo
  • Instagram : djo_bistrobar
  • Prix : entre 9 et 16€ le plat, 11€ le cocktail, 4€ la bière.