Une étude remet en cause la perte de poids ciblée

Une étude remet en cause la perte de poids ciblée
Une étude remet en cause la perte de poids ciblée - © Anetlanda - Getty Images/iStockphoto

Alors que certains pensaient que la graisse stockée dans la région des cuisses, des hanches et des fesses pouvait avoir un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires, de nouvelles recherches montrent que perdre du poids dans toutes les parties du corps pourrait être meilleur pour la santé que de le stocker.

 

Le Dr. Peter Clifton, professeur de nutrition à l'université de South Australia et un chercheur du National Health and Medical Research Council of Australia ont mené une étude pour évaluer comment les évolutions de la graisse corporelle dans différentes régions du corps pouvaient avoir des effets sur la santé cardiovasculaire.

Bien qu'une étude parue en 2010 et souvent citée par la presse avait montré que la graisse logée autour des cuisses, des hanches et des fesses pouvait protéger des sujets des maladies cardiaques et du diabète, d'autres recherches étaient arrivées à des résultats opposés. 

"Si vous avez tendance à stocker la plupart de votre graisse dans ces régions protectrices et que vous décidez de perdre du poids, allez-vous obtenir des bienfaits de cette perte de poids? Ou allez-vous vous faire du mal en terme de santé cardiovasculaire?" s'est interrogé le Dr. Clifton.

 

Pour ces nouvelles recherches, le professeur Clifton a analysé des données émanant de sept études précédentes qui avaient suivi les pertes de poids de 399 participants au total.

Après avoir mesuré le niveau de différents marqueurs de risques de maladie cardiovasculaire, dont l'insuline, le cholestérol, les triglycérides, le cholestérol LDL (aussi appelé "mauvais" cholestérol), et la tension, le Dr. Clifton a trouvé que le fait de perdre de la graisse dans les cuisses, les hanches et les fesses était "directement associé" à des changements positifs de ces marqueurs de risques.

"Cela signifie que n'importe quelle perte de poids (...) réduit les facteurs de risques cardiovasculaires", note le professeur Clifton. "Pour abaisser le cholestérol, perdre de la graisse dans les jambes est tout aussi important que de perdre de la graisse abdominale."

 

Le Dr. Clifton a par ailleurs trouvé que la perte de masse maigre ou de muscle dans les cuisses, les hanches et le derrière ne posait pas de problème. "J'ai trouvé cela vraiment intéressant", a-t-il commenté. Ajoutant que les médecins ne devraient pas "s'inquiéter pour que leurs patients fassent de l'exercice pour minimiser la perte de muscle... Vous pouvez vous concentrer sur la perte de poids en premier lieu. Et lorsque les patients sont plus légers, ils peuvent augmenter l'exercice physique.

 

Le Dr. Robert Eckel, endocrinologue au Anschutz Medical Campus de l'université du Colorado, qui n'a pas pris part à cette étude, s'est dit étonné des résultats du professeur Clifton. Selon lui, d'autres études seraient nécessaires pour mieux comprendre l'impact sur la santé de la perte de graisses dans certaines parties du corps.

Ils se retrouvent cependant sur la conclusion que toute perte de poids est bonne à prendre, du moins pour la santé cardiaque.

 

Les directives de santé recommandent aux personnes en surpoids et obèses de perdre de 5 à 10% de leur masse pour que la perte de poids ait un impact positif sur la tension, la tolérance au glucose, le contrôle du diabète et du cholestérol.

Ces données sont consultables (en anglais) sur le Journal of the American Heart Association.