Une double épaisseur de tissus augmenterait l'efficacité des masques faits maison

Des chercheurs de l'Université de Chicago et de l'Argonne National Laboratory voulaient savoir quels tissus filtraient le mieux les gouttelettes issues du système humide des voies respiratoires lorsqu'une personne tousse, éternue, parle ou respire, autant de postillons qui semblent permettre la transmission du Covid-19. Les scientifiques ont analysé plusieurs tissus du quotidien disponibles à la maison dont le coton, la soie, la flanelle et la mousseline de polyester-spandex, qui est un tissu synthétique extra-fin utilisé pour des vêtements comme les robes de soirée.

Pour évaluer leur efficacité de filtre des postillons, surtout les plus fins aussi appelés aérosols, l'équipe a utilisé une chambre produisant les différents aérosols mesurant entre 10 nm et 6 μm de diamètre. Un ventilateur était ensuite utilisé pour souffler les aérosols sur différents échantillons de tissus à une vitesse reproduisant celle d'une personne qui respire au repos. Les scientifiques ont ensuite mesuré le nombre de particules et leur taille dans l'air avant et après leur passage à travers les tissus.

2 épaisseurs minimum et un bon ajustement sur le visage

Leurs résultats, relayés par la revue ACS Nano, ont montré qu'avec une seule couche de tissu, l'efficacité de filtrage allait de 5 à 80% et de 5 à 90% selon la taille des particules. En revanche, lorsqu'ils utilisaient plusieurs couches de tissus, l'efficacité du filtre augmentait au-delà de 80% pour les particules les plus petites et au-delà de 90% pour les plus grosses.

La combinaison la plus efficace se composait d'une couche de drap de coton au tissage serré associée à 2 couches de mousseline de polyester-spandex : le tout filtrait entre 80 et 99% des particules, selon leur taille.

Les chercheurs ont même ajouté que cette combinaison de tissus offrait un résultat proche du matériau des masques anti-projection N95. Si vous n'avez pas de mousseline de polyester à portée de main, vous pouvez aussi utiliser de la soie naturelle ou de la flanelle.

Cependant, peu importe le type de tissu utilisé, les scientifiques ont tenu à préciser que l'ajustement sur le visage était aussi très important. Les résultats ont aussi montré que les ouvertures qui découlent d'un mauvais ajustement pouvaient réduire l'efficacité de filtrage des masques de plus de 60%.

Voir aussi notre précédent article : les recommandations du SPF Santé pour la confection d'un masque (tuto)