Un programme apprend aux chiens à détecter des cellules cancéreuses

Le programme KDOG cherche à mettre au point une technique de détection des tumeurs cancéreuses par l’odorat canin.

 

Les chiens vont-ils devenir les meilleurs amis des cancérologues? Le projet KDOG a pour objectif de détecter les cellules cancéreuses par le simple odorat des chiens. Initié par l’Institut Curie, le but de ce programme "n’est pas de remplacer l’imagerie, à savoir la mammographie, l’échographie, mais plutôt de se situer en pré-test", comme l’explique Isabelle Fromantin, infirmière-chercheure à l’Institut Curie. "C’est-à-dire, avec une méthode non invasive et facile […], ce qui peut être intéressant ici en France mais ce qui peut être particulièrement intéressant dans des pays où de toute manière, il n’y a pas assez d’appareils pour pouvoir dépister toutes les populations."

 

Une méthode d’association

La méthode de dressage: placer une compresse imbibée de cellules cancéreuses positives au milieu de trois compresses négatives. "Il faut une motivation très forte pour arriver à ce dressage", explique Didier Valentin, dresseur canin. "Au départ, on lui fait chercher son objet de jeu, sa récompense […] et puis après, quand il sait bien rechercher son jouet, on met à côté de l’objet la molécule qu’on veut rechercher […] et le chien fait une association." Une  association telle que le chien finit par comprendre quelle odeur il doit rechercher pour être récompensé.

 

Des résultats satisfaisants

En 2017, l’institut a révélé un taux de réussite de 100% lors d’une phase-test menée sur 130 femmes volontaires. Aujourd’hui, l’Institut Curie souhaite aller plus loin en faisant valider sa découverte par une étude clinique. Celle-ci associera quatre chiens et se déroulera pendant trois ans sur une sélection de 1.000 femmes.