Un cœur en bonne santé à 45 ans, gage de longévité

Un cœur en bonne santé à 45 ans, gage de longévité
Un cœur en bonne santé à 45 ans, gage de longévité - © Tous droits réservés

Les personnes ne présentant aucun facteur de risque cardiovasculaire à 45 ans vivent beaucoup plus longtemps et en meilleure santé que les autres, rapporte une étude publiée dans le journal de l'Association de cardiologie américaine Circulation.

Un coeur en bonne santé à 45 ans augmente l'espérance de vie de 7 ans et diminue de 46,5% le temps passé à vivre avec une maladie cardiaque à un âge avancé, indiquent des chercheurs américains de l'université Northwestern à Chicago qui ont suivi 25.804 personnes jusqu'à ce qu'elles atteignent l'âge de 65 ans. 

Au début de l'étude, seuls 5,6% des participants, âgés en moyenne de 44 ans, avaient tous des indicateurs de santé favorables : ils étaient non-fumeurs, sans diabète, avec une tension artérielle, un taux de cholestérol normaux et un poids normaux.

Comparés aux 18.714 personnes qui ont atteint l'âge de 65 ans sans maladies chroniques, mais avec deux ou trois facteurs de risque, ces derniers en bonne santé ont vécu 3,9 ans de plus en moyenne, ont survécu 4,5 ans de plus avant de développer une maladie chronique et ont passé 22% de temps en moins malade (39% contre 50%) pendant leurs années séniors.

Par ailleurs, ils ont économisé 18.000 dollars en frais médicaux, précise l'étude au même moment où la faculté de santé publique de l'université Johns Hopkins publie ce mardi 2 mai une étude révélant que si les jeunes Américains faisaient le minimum de sport recommandé (25 minutes de sport trois fois par semaine), cela permettrait des milliards d'économies et 1,2 million de jeunes obèses ou en surpoids de moins.

Concernant les maladies cardiaques, les personnes sans facteurs de risque ont une espérance de vie augmentée de 7 ans par rapport aux 18.714 participants qui ont atteint l'âge 65 sans avoir une crise cardiaque, une attaque ou une insuffisance cardiaque congestive, selon l'étude. 

Ainsi, ils passent 46,5% moins de temps à vivre avec une maladie cardiaque à un âge avancé que les autres. 

Même si les facteurs de risque s'accumulent avec l'âge, "il n'est jamais trop tard pour réduire leur impact sur la santé à long terme en faisant de l'exercice, en s'alimentant correctement et en contrôlant son hypertension, cholestérol et diabète", conseille Norrina Allen de l'Université Northwestern.

Pour conclure, l'Association américaine de cardiologie rappelle que prendre soin de son coeur à tous les âges de la vie peut prévenir et repousser l'apparition des maladies chroniques, tout en augmentant son espérance de vie. 

Pour consulter l'étude