Suivre un régime basé sur le jeûne pourrait être néfaste pour les générations suivantes

Jeûner permettrait de perdre du poids et gagner en espérance de vie. Pourtant, une étude britannique prouve que suivre un tel régime pourrait avoir des effets néfastes sur la santé des générations futures.

L'étude a soumis des vers à un apport nutritif réduit

"Nous savons qu'une consommation réduite de nourriture augmente la durée de vie de nombreux animaux et peut potentiellement améliorer la santé des humains", explique le Dr Edward Ivimey-Cook, de l'École des sciences biologiques de l'UEA, dans un communiqué. "Cependant, on en sait peu sur les effets à long terme de réduction de l'apport alimentaire, y compris le jeûne limité dans le temps, chez les descendants éloignés."

Pour mesurer les effets du régime à base de jeûne, les chercheurs ont observé quatre générations de Caenorhabditis elegans. Ce sont des vers ronds avec une durée de vie de deux semaines, qui partagent de nombreux gènes et voies moléculaires qui contrôlent le développement avec les humains.  

Après avoir permis à la première génération de manger à volonté, les chercheurs ont soumis ces vers à un régime à jeun. Puis ils ont classé leurs descendants en deux groupes : un premier leur faisant suivre un régime à jeun, le second en leur laissant une alimentation complète.

Les descendants des jeûneurs moins aptes à se reproduire

La durée de vie de la première génération s'est allongée tandis que les performances de reproductions ont été accrues pour les descendants suivant le même régime que leurs parents.

Le groupe de vers qui a eu accès à la nourriture en quantité limitée a vu ses performances de reproductions réduites.

Cet effet était évident chez les arrière-petits-enfants et les arrière-arrière petits-enfants.

Cette étude incite fortement à reconsidérer les effets sur les générations futures des jeûnes aussi bien chez les animaux que chez les humains.

"C'est vraiment important parce que cela signifie que nous devons examiner attentivement les effets à long terme du jeûne lorsque nous essayons de poursuivre des modes de vie sains, parce que l'impact néfaste ne peut se manifester que dans des générations éloignées", conclut le chercheur.