Pourquoi tout le monde ne souffre pas de black-outs en étant saouls ?

Pourquoi tout le monde ne souffre pas de black-outs en étant saouls ?
Pourquoi tout le monde ne souffre pas de black-outs en étant saouls ? - © Ponomariova_Maria - Getty Images/iStockphoto

Les pertes de mémoire dues à une soirée trop arrosée arrivent souvent mais certains en souffrent plus que d’autres et certains n’en connaîtront jamais dans leur vie.

Vous vous rappelez peut-être de ses matins douloureux où vous vous êtes réveillés chez vous sans vous rappeler la fin de soirée ni savoir comment vous avez fait pour rentrer, monter les escaliers et vous installez dans votre lit. Des souvenirs qui vous donnent encore mal de tête… ou pas de souvenirs en fait !

Le phénomène de black-out a longtemps été attribué uniquement aux alcooliques et continue à avoir très mauvaise presse. "Il faut se mettre dans un sale état pour avoir un black-out !" entend-on souvent et pourtant, il faut parfois très peu d'alcool pour que le cerveau arrête d’enregistrer les souvenirs.


Lire aussi : Gueule de bois : la recette magique des Mexicains, le menudo !


Un sujet compliqué à étudier aujourd’hui puisque les chercheurs ne peuvent pas obliger les participants aux études à boire au point de se retrouver en black-out pour ensuite suivre leurs actes pendant ces moments de pertes de mémoires et faire le suivit de leurs réactions. Ils doivent donc s’appuyer sur des études réalisées à une époque où l’on était moins regardant sur les limites des études ou sur des questionnaires réalisés après les faits, comme l’explique la BBC.

L'hippocampe, le lobe frontal et l'amygdale cessent de fonctionner

Les chercheurs pensent que l’hippocampe est momentanément altéré pendant le black-out et empêche ainsi le cerveau d’enregistrer les évènements qui se déroulent. L’alcool coupe les circuits cérébraux essentiels à la création de souvenirs épisodiques (souvenirs de moments et de lieux spécifiques), comme l’explique Aaron White du National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism aux États-Unis, qui a étudié le phénomène chez les souris.

Chez le rat, White a découvert qu’à certaines doses d’alcool, certaines cellules cérébrales arrêtent de fonctionner, expliquant le black-out. De plus, le lobe frontal, la zone de raisonnement du cerveau que nous utilisons lorsque nous prêtons attention à quelque chose, et l’amygdale, la zone qui nous avertit du danger cessent également de fonctionner. Ce qui explique les comportements dangereux que certaines personnes ivres peuvent avoir.

Quels facteurs entraînent des black-outs ?

Il existe plusieurs facteurs qui aggravent l’apparition des black-outs et pourraient expliquer pourquoi certains ont des pertes de mémoires tous les vendredis soir alors qu’ils ont moins bu que d’autres qui se souviennent très bien de la soirée (mais qui ont quand même mal à la tête). D’ailleurs, saviez-vous qu’un humain passe en moyenne 1066 jours de sa vie en gueule de bois ?

Voici quelques facteurs entraînant le black-out :

  • le poids (plus léger, plus de black-out)
  • le fait de boire rapidement (plus rapide, plus de black-out)
  • la quantité d’alcool ingérée (plus d’alcool, plus de black-out)
  • la fréquence de consommation (plus souvent, plus de black-out)
  • le sexe (les femmes ont plus de black-outs notamment parce qu’elles ont plus de graisse corporelle donc moins d’eau pour diluer l’alcool ingéré)
  • l’utilisation d’autres psychotropes ou de drogues
  • la génétique (les femmes ayant des mères alcooliques sont plus sujettes aux black-outs)

Peut-on récupérer les souvenirs d’un black-out ?

La réponse est non puisque vous n’avez pas "oublié" un souvenir, vous ne l’avez tout simplement pas enregistré. Il n’y a pas moyen de récupérer un documentaire qui est passé à la télé et que vous n’avez pas enregistré, il n’y a pas moyen de récupérer des souvenirs que vous n’avez jamais eus.

Comment éviter les black-outs ?

La réponse va vous sembler basique mais c’est la seule vraie solution : buvez moins. Si votre cerveau est agressé au point de ne plus fonctionner normalement au niveau des souvenirs, de la parole et de l’instinct de survie, c’est que vous avez dépassé vos limites. Peu importe que votre meilleure copine a bu deux fois plus que vous, vos limites sont personnelles et il faut simplement apprendre à ne plus les franchir, à comprendre les signaux d’alerte de l’ivresse et à rester dans la limite du raisonnable.

Évitez fortement le binge drinking qui entraîne de nombreux black-outs et buvez régulièrement de l’eau entre les verres d’alcool, vous éviterez ainsi les pertes de mémoire et, en hydratant continuellement votre corps, vous éviterez peut-être aussi une gueule de bois le lendemain.

Si vous n'arrivez pas à contrôler votre consommation d'alcool, n’hésitez pas à en parler à votre médecin qui pourra vous aider.