Pourquoi il vaut mieux préférer le jeûne intermittent aux régimes hypocaloriques

Pourquoi il vaut mieux préférer le jeûne intermittent aux régimes hypocaloriques
Pourquoi il vaut mieux préférer le jeûne intermittent aux régimes hypocaloriques - © fotogaby - Getty Images

Une étude américaine confirme que pratiquer le jeûne intermittent ("fasting" en anglais) permet de prévenir les maladies chroniques et le vieillissement prématuré tout en perdant du poids.

 

Un jeûne intermittent, consistant à faire un seul repas un jour sur deux incluant 500 calories en moyenne, pourrait permettre de perdre jusqu'à 6 kilos en 3 mois, avancent des chercheurs américains.

Pour les besoins de l'étude, les participants ont alterné des jours où ils consommaient un seul repas (le déjeuner ou le dîner) incluant 400 à 600 calories avec des journées de prise alimentaire normale située entre 2.000 et 2.400 calories.

Au bout de trois mois, ils ont perdu environ 500 grammes par semaine, soit 6 kg au total, selon l'étude. 

 

Pour atteindre cet objectif, le seul repas de la journée "jeûnée" incluait 30% de graisse, 15% de protéines et 55% de glucides selon les recommandations de l'American Heart Association, rapporte l'étude. Ce protocole aurait évité de laisser les participants affamés et de perdre trop de masse musculaire, contrairement au jeûne complet à base de bouillons ou un régime hypocalorique limitant les calories, expliquent les auteurs de l'étude.

 

De précédentes travaux ont montré le rôle bénéfique du régime proche du jeûne dans la régénération cellulaire et la réduction de l'inflammation, facteur clé de nombreuses maladies chroniques : une étude publiée l'année dernière dans la revue Cell  prouvait que ce type de jeûne pouvait inverser la progression des diabètes de type 1 et 2. 

Par ailleurs, un régime pauvres en calories, sucres et protéines baptisé "Prolon", développé par des scientifiques de l'Institut de longévité à l'Université de Californie du Sud (USC), a montré un recul des effets de l'âge chez des souris.

Pour conclure, les chercheurs conseillent de demander l'avis de son médecin avant de se lancer dans ce type de jeûne.