Les taux mondiaux de démence ont plus que doublé depuis 1990

Les taux mondiaux de démence ont plus que doublé depuis 1990
Les taux mondiaux de démence ont plus que doublé depuis 1990 - © FredFroese - Getty Images

De nouvelles recherches australiennes ont montré que le nombre de personnes atteintes de démence à travers le monde avait plus que doublé entre 1990 et 2016, passant de 20,2 millions à 43,8 millions.

 

Cette analyse, menée par des chercheurs de l'Université de Melbourne et l'Université de Washington, s'est intéressée aux données globales, nationales et régionales concernant le poids de la maladie d'Alzheimer et d'autres démences entre 1990 et 2016.

Les résultats ont montré que la démence était plus fréquente chez les personnes plus âgées, sa prévalence doublant tous les cinq ans au-delà de 50 ans.

De plus, les chercheurs ont trouvé que 22,3% des années de bonne santé perdues à cause de la démence en 2016 étaient dues à des facteurs de risques modifiables, suggérant que la prévention pourrait être efficace.

Les quatre facteurs de risques modifiables à l’œuvre sont le "surpoids, une forte glycémie, la surconsommation de boissons sucrées, et le tabac", ont noté les auteurs.

 

La démence commençant à se développer au moins 20 à 30 ans avant d'être diagnostiquée, l'auteur Cassandra Szoeke a expliqué que d'autres études devraient se pencher sur les facultés intellectuelles sur le long terme pour déterminer quand et pendant combien de temps les interventions seraient nécessaires pour prévenir la maladie.

Elle a noté que la plupart des essais cliniques durent seulement entre un et cinq ans plutôt que les 30 années nécessaires.

"De plus, lorsqu'on regarde plusieurs décennies, il existe tellement d'expositions qui ont un impact sur notre santé qu'il faut prendre en compte toutes ces choses si on ne veut pas manquer un facteur qui serait crucial au développement de la maladie", a ajouté la professeure Szoeke.

Cette dernière prévoit que d'ici 2050, le nombre de personnes atteintes de démence pourrait atteindre les 100 millions.

"Les maladies chroniques deviennent la principale cause de décès et de handicap à travers le monde, et bien que nous continuions à travailler quotidiennement pour développer de nouvelles thérapies pour cibler la maladie, chez soi, il est nécessaire de se concentrer sur les choix de santé qui pourront augmenter nos chances de survie sans maladie et sans handicap."