Les pollens s'installent : comment s'en prémunir ?

Chaque année, le printemps est une période sensible pour les 20% des Français sujets à des crises dues aux pollens.
Chaque année, le printemps est une période sensible pour les 20% des Français sujets à des crises dues aux pollens. - © ChesiireCat - Getty Images/iStockphoto

Les bouleau sont en fleurs... attention aux symptômes d'allergie : nez qui coule, yeux qui piquent, maux de gorge, rhinites conjonctivites, asthme ou encore eczéma.

Pour cette partie de la population qui a le malheur d'être allergique, il est recommandé de ne pas se livrer à des balades champêtres ou de rouler en voiture les fenêtre ouvertes jusqu'à l'arrivée de la pluie qui fait redescendre dans le sol les pollens en suspension. 

En attendant, les pneumologues-allergologues préconisent de se dégager le nez et nettoyer ses yeux avec un sérum physiologique chaque soir sans oublier de rincer ses cheveux pour limiter le contact avec les yeux. Les vêtements passeront à la machine pour éviter de côtoyer le linge propre. 

Les personnes les plus à risque doivent prendre un traitement préventif par antihistaminique qui peut être accompagné de corticoïdes (gouttes dans les yeux par exemple).

Grâce à des tests cutanés effectués par un allergologue, il est possible de déterminer précisément le type d'allergènes ou de pollens qui posent problème (graminées, cyprès, bouleaux, acariens, animaux à poils, etc.) afin d'éviter le contact au maximum avec celui-ci. 

Dans les cas les plus sévères, définis par deux ans de symptômes avec une allergie identifiée, une désensibilisation peut être conseillée par un allergologue, sous forme de comprimé, injection mensuelle ou gouttes sous la langue.  

Pour consulter la carte de vigilance des pollens : https://airallergy.wiv-isp.be/fr/content/bruxelles