Les personnes les plus sportives sont également celles les plus susceptibles de varier les exercices

Les personnes les plus sportives sont également celles les plus susceptibles de varier les exercices.
Les personnes les plus sportives sont également celles les plus susceptibles de varier les exercices. - © gbh007 - Getty Images/iStockphoto

Une étude sur les habitudes de sport d'adultes américains montre que les personnes qui s'entraînent le plus sont également celles les plus à même de pratiquer plusieurs activités sportives différentes.

Une disparité hommes/femmes

L'étude a analysé les schémas d'activité physique (fréquence, durée et type d'exercice) de 9.816 adultes américains. Elle révèle que la marche est l'activité physique la plus pratiquée: plus de 30% des adultes ont déclaré marcher en moyenne quatre fois par semaine pendant environ 40 minutes. Viennent ensuite le vélo et la danse

L'étude montre que les adultes les plus actifs ont participé à 5 activités sportives au cours du dernier mois, contre 2 chez les moins actifs. Les personnes les plus susceptibles d'être actives sont des hommes jeunes, non-fumeurs et qui ont suivi des études supérieures.

Les femmes sont plus susceptibles de s'engager dans des activités physiques plus courtes, mais fréquentes.

"Il existe plusieurs obstacles liés aux horaires et à la vie en société qui pourraient expliquer pourquoi ce modèle d'activité plus courte et plus fréquente peut être plus accessible aux femmes qu'aux hommes. Par exemple, les recherches montrent que les femmes ont moins de temps libre que les hommes puisqu'elles déclarent en moyenne 13,2 heures consacrées aux tâches ménagères par semaine contre 6,6 heures pour les hommes", observe Susan Malone.

Varier les activités pour bouger plus

44% des adultes déclarent ne faire aucune activité physique. Les personnes qui souffrent de maladies chroniques et les fumeurs étaient les plus susceptibles de faire partie du groupe qui ne fait pas d'exercice. Toutefois, un faible pourcentage d'adultes souffrant de maladies chroniques font régulièrement de l'exercice, ce qui suggère qu'ils peuvent intégrer l'activité physique dans leur mode de vie.

Une meilleure compréhension des schémas d'activité physique et des facteurs individuels pourrait permettre d'élaborer des interventions ciblées pour accroître l'activité physique.

"Lorsqu'ils encouragent leurs patients à faire de l'exercice, les médecins ne doivent pas seulement s'enquérir de la fréquence mais aussi des types d'activités physiques pratiquées par leurs patients. Ils peuvent même leur suggérer de s'engager dans une variété d'activités. Le but ultime est de développer des interventions ciblées pour aider les gens à respecter leur plan d'exercice", estime Susan Malone, autrice principale de l'étude, parue dans Translational Behavioral Medicine.