Les malades souffrant de démence et d'Alzheimer réagissent positivement à l'écoute de leur musique préférée

Les malades souffrant de démence et d'Alzheimer réagissent positivement à l'écoute de leur musique préférée
Les malades souffrant de démence et d'Alzheimer réagissent positivement à l'écoute de leur musique préférée - © Tous droits réservés

Une nouvelle étude américaine a permis de découvrir que les personnes âgées souffrant de la maladie d'Alzheimer et de démences associées pouvaient trouver un intérêt à écouter des listes de lecture de musique personnalisées afin de les aider à combattre l'anxiété provoquée par leur maladie.

C'est la première étude au niveau national américain à étudier l'effet d'un programme de musique personnalisé intitulé "Music & Memory" et utilisé dans certaines maisons de retraite pour les patients souffrant de démence.

Conduite par des chercheurs de l'université Brown, l'étude consistait à suivre plus de 25.000 résidents dans 196 maisons de retraite disséminées sur tout le territoire des États-Unis.

Tous les participants étaient atteints de démence et de problèmes cognitifs, mais aucun n'était en soins palliatifs ou comateux.

Parmi ces participants, 12.905 vivaient dans des maisons de retraite qui suivaient le programme musical, et 12.811 vivaient dans des maisons de retraite qui ne l'appliquaient pas, permettant une comparaison.

Les chercheurs ont observé quatre types de changement dans chacun des groupes étudiés : l'arrêt du traitement antipsychotique, l'arrêt du traitement anxiolytique, la réduction du comportement perturbateur, et l'amélioration de l'humeur.

Même s'ils n'ont pas détecté de différences significatives en termes d'humeur, les scientifiques ont constaté que par rapport aux patients qui ne suivaient pas le programme musical, les résidents des maisons de retraite qui avaient mis en place le programme étaient largement plus enclins à arrêter leurs antipsychotiques et leurs anxiolytiques, et bien moins susceptibles d'avoir un comportement perturbateur.

Les améliorations de comportement ne sont pas seulement bénéfiques pour les patients, explique Kali Thomas, co-auteure de l'étude : elles améliorent aussi la qualité de vie des autres patients et le moral du personnel soignant.

Ces résultats confirment aussi le point de vue personnel des soignants et des membres de la famille des patients au sujet des atouts de la musique personnalisée, qui aide les patients même lorsque leur démence est à un stade très avancé. C'était d'ailleurs le cas de Kali Thomas, dont l'oncle frappé de démence était beaucoup plus détendu après avoir écouté une playlist concoctée par sa famille avec sa musique préférée.

Ces résultats peuvent aussi être importants dans la mesure où de nombreux experts et défenseurs de patients ont appelé à réduire l'utilisation de médicaments antipsychotiques et anxiolytiques, dans le cadre d'une campagne nationale initiée par Medicare, souligne Rosa Baier, autre co-auteure de l'étude.

Les deux femmes envisagent maintenant de conduire une seconde étude qui prendra en compte les limites de la première et contribuera à renforcer leurs résultats.

Les résultats de l'étude sont publiés sur le site de l'American Journal of Geriatric Psychiatry.