Les intolérants au lactose devraient surveiller leur taux de vitamine D

Les intolérants au lactose devraient surveiller leur taux de vitamine D
Les intolérants au lactose devraient surveiller leur taux de vitamine D - © Tous droits réservés

Les personnes intolérantes au lactose, le sucre du lait, ont des taux de vitamine D plus bas que la moyenne, indique une étude canadienne publiée ce mardi 16 mai.

Le fait de limiter ou de supprimer les produits laitiers de l'alimentation du fait d'une intolérance au lactose est associée à une baisse du taux de vitamine D, conclut une étude de l'université de Toronto menée auprès de 1.495 canadiens âgés de 20 à 29 ans. 

Les chercheurs ont constaté que ces personnes intolérantes au lactose, d'origine caucasienne, affichaient des taux de vitamine D plus bas que la moyenne.

Les travaux, publiés dans The Journal of nutrition, confirment par ailleurs que les personnes porteuses de la modification de l'expression du gène de la lactase (LCT) - signant l'intolérance au lactose - sont légèrement plus petites, suggérant qu'une consommation insuffisante de vitamine D limite la croissance osseuse.

Cette incapacité à digérer le lactose a été constatée chez 32% des participants caucasiens, 99% des Asiatiques originaires des pays d'Asie du Sud-Est, 74% originaires des pays d'Asie du Sud et 59% des personnes d'autres ethnies ou métissées, selon l'étude.

Les personnes concernées par cette intolérance devraient ainsi contrebalancer le manque de vitamine D par la consommation d'autres produits alimentaires enrichis ou des produits laitiers estampillés "sans lactose", conseille l'étude.

Produite par l'exposition au soleil, la vitamine D aide à fixer le calcium. Dans l'alimentation, on peut la trouver dans les poissons gras (saumon, truite, thon, sardines, maquereaux), le foie de veau, les boissons aux soja, et le jaune d'oeuf. Les fromages à pâte dure (cheddar, edam, gouda, gruyère) contiennent très peu de lactose notamment.

Les apports de vitamine D par voie alimentaire et l'ensoleillement ne sont pas toujours suffisants pour assurer un taux normal de vitamine D. Sur les conseils d'un médecin, une supplémentation par gouttes ou ampoules peut être prescrite.

Des études précédentes ont montré l'importance de la vitamine D, impliquée dans la prévention des maladies cardiovasculaires, le déclin cognitif, les maladies auto-immunes, le cancer. On connait également son action sur la santé osseuse, permettant de prévenir l'ostéoporose et augmenter la masse musculaire.