Les interactions sociales encouragent les seniors à maintenir une activité physique, y compris pendant le confinement

Les interactions sociales encouragent les seniors à maintenir une activité physique, y compris pendant le confinement.
Les interactions sociales encouragent les seniors à maintenir une activité physique, y compris pendant le confinement. - © Thomas Barwick - Getty Images

Vivre en couple ou parler régulièrement avec ses amis ou sa famille encourage les personnes âgées à pratiquer régulièrement une activité physique, y compris pendant la pandémie Covid-19.

En dépit des mesures de distanciation sociale imposées pour enrayer la pandémie Covid-19, entretenir des relations étroites sur le plan familial, amoureux ou amical reste essentiel. Une recherche américaine souligne l’effet bénéfique de ce type de relation sur notre motivation à maintenir une activité physique régulière, en particulier chez les seniors.

L'importance des relations sociales

Cette étude a été menée sur 1.193 adultes âgés de 65 à 74 ans résidant en Albanie, au Brésil et en Colombie. Les chercheurs ont tenté d'évaluer dans quelle mesure les facteurs individuels, le cadre de vie et les interactions sociales pouvaient inciter les personnes âgées à suivre les 150 minutes d'activité physique par semaine recommandées par l'Organisation mondiale de la Santé. 

"À l'heure de la pandémie Covid-19, il est essentiel de ne pas oublier l'importance des relations sociales et du maintien de l'activité physique pour réduire les maladies chroniques et les décès prématurés. Les adultes âgés qui vivent isolés sont plus exposés à la dépression, au déclin cognitif et à d'autres problèmes de santé", explique Catherine Pirkle, co-autrice de l'étude.

Les participants avec un niveau d'éducation élevé et entretenant une relation solide avec un partenaire de vie ou un réseau d'amis proches étaient nettement plus susceptibles de pratiquer régulièrement une activité physique.

Les réponses obtenues dans le cadre de la recherche montrent également que les personnes atteintes de dépression étaient moins susceptibles de pratiquer une activité physique régulière.  

"Ces résultats sont importants car ils renforcent le fait que les relations sont essentielles pour influencer les comportements positifs en matière de santé, y compris l'activité physique", conclut l'équipe de la Pre Prikle.