Les filles exposées aux phtalates in utero auraient un développement moteur diminué

Les filles exposées aux phtalates in utero auraient un développement moteur diminué.
Les filles exposées aux phtalates in utero auraient un développement moteur diminué. - © JGI/Jamie Grill - Getty Images/Tetra images RF

Des chercheurs américains ont montré que l'exposition aux substances chimiques appelées phtalates pendant la grossesse pouvait nuire au développement moteur des petites filles.

Une menace pour la motricité des filles?

Cette nouvelle étude a suivi 209 mères new-yorkaises et leurs enfants.

Les filles nées de mères exposées à de fortes doses de certains phtalates enregistraient un moins bon développement de leurs fonctions de motricité fine.

Les chercheurs notent que ces filles sont susceptibles de souffrir de difficultés scolaires, de problèmes pour écrire ou pour utiliser les appareils électroniques, voire enregistrer des troubles de la coordination oeil-main. En revanche, les scientifiques n'ont pas trouvé d'association chez les garçons.

De multiples méfaits

Les phtalates sont présents dans de nombreux produits quotidiens tels que les shampoings, le maquillage, les matériaux de construction, les meubles, les jouets ou l'habitacle des voitures. Ils sont facilement libérés dans l'environnement par les plastiques. La plus grande partie de notre exposition provient de l'air ambiant, de notre alimentation et de l'absorption cutanée.

Ces produits sont aussi capables de traverser le placenta. Ils troubleraient les neurones liés au développement des aptitudes de motricité fine, qui se développent plus précocement chez les filles que chez les garçons.

Les phtalates ont précédemment été associés à d'autres troubles médicaux chez les enfants, comme le développement du système reproductif des garçons ou des troubles du comportement.

"Dans cette étude, nous avons trouvé de nouvelles preuves que les phtalates , fréquemment utilisés dans les cosmétiques et les plastiques, sont mauvais pour la santé des enfants", concluent les auteurs de l'étude.