Les différentes étapes du vieillissement découvertes par des scientifiques

Les différentes étapes du vieillissement découvertes par des scientifiques
Les différentes étapes du vieillissement découvertes par des scientifiques - © RossHelen - Getty Images/iStockphoto

4263 tests sanguins de personnes âgées de 18 à 95 ans ont été nécessaires pour que des chercheurs américains établissent les trois étapes de vieillissement de l’être humain.

Une étude publiée dans la revue Nature Medecine l’explique, ce sont des scientifiques de l’université de Stanford aux Etats-Unis qui ont fait cette découverte : l’homme vieillit à 34, 60 et 78 ans. Plus précisément, les résultats ont montré des altérations non linéaires des protéines plasmatiques avec l’âge.

Grâce à cette découverte, les chercheurs ont pu mettre en place un système pour déterminer l’âge biologique d’une personne à 3 ans près, en analysant un mélange de 373 protéines qui se trouvent dans le sang mais aussi l’état de santé de cette personne. Ces découvertes laissent présager qu’un jour, il sera peut-être possible de déterminer comment vous vieillissez au niveau cellulaire avec une simple prise de sang.

 

Que se passe-t-il à ces trois âges ?

A respectivement 34, 60 et 78 ans, les niveaux des protéines présentes dans le plasma subissent de brusques changements à la hausse ou à la baisse.

Tony Wyss-Coray, professeur de neurologie et de sciences neurologiques au Stanford Alzheimer’s Disease Research Center explique : "Nous savions depuis longtemps que la mesure de certaines protéines dans le sang pouvait renseigner sur l’état de santé d’une personne, comme les lipoprotéines pour la santé cardiovasculaire, par exemple. Mais on ne s’est pas rendu compte que les niveaux de tant de protéines différentes – environ un tiers de celles que nous avons examinées- changent de façon marquée avec l’âge."

 

A quoi cela sert-il ?

En comprenant mieux comment l’humain vieillit, on pourra identifier plus facilement et correctement les traitements efficaces contre les maladies liées à l’âge et qui, pour le moment, laisse la communauté scientifique dans le désarroi. Des maladies comme Alzheimer ou les accidents vasculaires cérébraux pourraient être mieux compris et donc mieux traités.

De plus, si l’on comprend pourquoi et comment on vieillit, on pourra anticiper les effets négatifs de nos comportements sur notre santé. Au-delà des connaissances actuelles sur les dégâts de la cigarette, de l’alcool, du sucre, etc., il sera possible de comprendre comment nous vieillissons cellulairement et pourquoi.