Les dangers et les risques des déodorants sur la santé

Les dangers et les risques des déodorants sur la santé
6 images
Les dangers et les risques des déodorants sur la santé - © belchonock - Getty Images/iStockphoto

Nous les utilisons quotidiennement afin de lutter contre la transpiration et les mauvaises odeurs.

Les déodorants sont souvent composés de sels d'aluminium et se présentent sous différentes formes : bille, spray, stick. Les produits qu'on applique sous nos aisselles ont-ils des répercussions sur autre chose que les odeurs?

Risque de cancer du sein

Depuis un certain temps déjà, on peut lire un peu partout que le déodorant représenterait un véritable danger sur la santé. En effet, deux de ses composants, les parabens et les sels d'aluminium, s'avèrent ne pas être totalement inoffensifs, rendant le danger du déodorant bien réel. De plus, il semblerait que la nocivité de ces substances soit multipliée si le déodorant est appliqué directement sur une peau abîmée ou coupée, après un rasage des aisselles par exemple, qui laisse inévitablement des micro-lésions sur l'épiderme. Deux études scientifiques principales ont mis en corrélation une utilisation quotidienne du déodorant avec une augmentation du taux de cancer du sein. D'autres études affirment que l'utilisation d'un déodorant sur une peau fraîchement rasée augmente sérieusement le risque de développer un cancer du sein.

Le sel d'aluminium, c'est quoi ?

Lorsqu'on parle d'aluminium, on pense tout de suite au métal. Le sel d'aluminium est en effet une molécule tirée du métal qui entre dans la composition des déodorants. Son rôle est de réduire la taille des pores de la peau afin de diminuer le flux de transpiration. Si nous sommes satisfaits des résultats de l'utilisation de ces produits, c'est grâce à son effet antisudoral. Puisque notre corps est composé de nombreuses glandes sudoripares, le sel d'aluminium acidifie la partie concernée.

Danger pour la flore cutanée

Moins connue que la flore intestinale, la flore cutanée est celle qui protège notre peau. Elles se forme à la naissance et nous accompagne tout au long de la vie. Les aisselles sont parmi les parties du corps qui contiennent le plus de bactéries. Or l'utilisation de déodorants diminue cette flore bactérienne. Une étude récente a montré en effet que cette habitude réduit le nombre de micro-organismes présents. Pour l'heure, les effets réels sur la santé sont mal connus. Mais là encore, le principe de précaution est de mise! Aussi, préférez utiliser des déodorants au pH neutre, qui limitent les risques d'irritation de la peau, ou tournez-vous vers des solutions alternatives!

La pierre d'alun, une bonne alternative?

Surfant sur la mauvaise publicité faite aux sels d'aluminium, la pierre d'alun s'est frayé un chemin dans notre salle de bain. Elle peut être d'origine naturelle ou être synthétique. Dans tous les cas, il s'agit... de sels d'aluminium! Naturel ne signifie pas nécessairement sans risque. En effet, la pierre d'alun que l'on trouve dans les antisudorifiques dits "naturels" est un sel d'aluminium comme les autres, qui n'a aucune raison d'être moins toxique que les sels de synthèse. Toutefois, à ce jour,aucune étude n'a été menée avec la pierre d'alun.

La solution : un déodorant sain et naturel

Si les déodorants formulés à base de sels d'aluminium ne sont pour l'heure interdits dans aucun pays, certaines marques proposent des alternatives aux compositions irréprochables formulées à base d'ingrédients naturels, issues de l'agriculture biologique et respectueuses de notre corps ainsi que de l'environnement. Ces marques proposent des déodorants aux compositions non seulement saines, mais surtout efficaces. Ils sont présentés sous forme de pâtes à appliquer au doigt, de spray, de stick ou de roll-on, avec ou sans huile essentielle, ou encore avec ou sans bicarbonate de soude... A vous de tester et choisir celui qui vous conviendra! Pour éviter tout risque que les sels d'aluminium présents dans le déodorant traversent la peau, il ne faut pas utiliser le produit après une épilation ou un rasage.