Les carences en vitamine D augmentent-elles le risque de gravité du Covid-19 ?

Les carences en vitamine D augmentent-elles le risque de gravité du Covid-19 ?
Les carences en vitamine D augmentent-elles le risque de gravité du Covid-19 ? - © Michelle Patrick / EyeEm - Getty Images/EyeEm

Des recherches préliminaires ont montré qu'il pourrait y avoir un lien entre d'importantes carences en vitamine D et un risque accru de développer une forme létale du Covid-19.

Une nouvelle étude, partagée sur le site medRxiv mais qui n'a pas encore été évaluée par des experts indépendants, a pris en compte des données concernant des malades du Covid-19 (admissions à l'hôpital, guérisons et décès) dans des pays fortement touchés par la maladie comme la Chine, la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Iran, la Corée du Sud, l'Espagne, la Suisse, le Royaume-Uni et les Etats-Unis en avril dernier.

Comme les chercheurs de la Northwestern University de l'Etat américain de l'Illinois ne disposaient pas d'informations concernant les niveaux de vitamine D des patients, ils ont pris en compte le lien préétabli entre la vitamine D et les niveaux de protéine C-Réactive (CRP), qui augmentent lorsqu'il y a une inflammation dans le corps et un lien entre la présence de CRP et une forme grave du Covid-19 pour estimer comment la vitamine D pourrait potentiellement affecter la gravité du Covid-19.

Un taux suffisant de vitamine D pourrait réduire le risque de complications

Les chercheurs ont trouvé que le risque de développer des formes graves du Covid-19 chez les patients gravement carencés en vitamine D était de 17,3%, alors qu'il n'était que de 14,6% chez les patients affichant des taux normaux de vitamine D.

La vitamine D empêche le système immunitaire de réagir de façon trop excessive, ont expliqué les chercheurs, et donc un niveau suffisant de vitamine D pourrait permettre de se protéger des complications graves du Covid-19, notamment la mort.

"Notre analyse montre que cela pourrait équivaloir à réduire le taux de mortalité par deux", a expliqué le chercheur Vadim Backman.

"Cela n'empêchera pas un patient de contracter le virus, mais cela pourrait réduire les complications et prévenir les décès chez les personnes infectées."

En revanche, l'équipe de chercheurs tient à souligner que cela ne signifie pas du tout que tout le monde doive commencer à prendre des compléments de vitamine D. "Bien que je pense qu'il soit important que le public sache que les carences en vitamine D pourraient jouer un rôle dans la mortalité, nous n'avons pas besoin de prescrire de la vitamine D à tout le monde", a expliqué le professeur Backman.

Une piste pour protéger les populations les plus fragiles

Vadim Backman a aussi tenu à ajouter que des doses excessives de vitamine D peuvent entraîner des effets secondaires néfastes et que de plus amples recherches seraient nécessaires pour comprendre comment cette vitamine pourrait protéger du nouveau coronavirus.

"Il est difficile de dire quelle dose est la meilleure contre le Covid-19", a précisé le professeur Backman. "Il est cependant clair que les carences en vitamine D sont néfastes et qu'elles peuvent être facilement réglées avec des compléments appropriés. Cela pourrait représenter une autre clé pour aider à protéger les populations vulnérables, comme les Afro-Américains et les patients âgés, qui affichent une prévalence de carences en vitamine D."