Le Japon propose une semaine de 4 jours !

Pour réduire le stress engendré par le travail intensif et pour relancer l’économie après la crise sanitaire, le gouvernement japonais a encouragé les entreprises à permettre des semaines de quatre jours de travail au lieu de cinq pour leurs employés.

Le pays du Soleil le vent est souvent réputé pour ses citoyens polis, respectueux mais aussi pour leur acharnement au travail. La loi leur permet même de faire jusqu’à 100 heures de travail supplémentaires par mois. Même s'ils peuvent gagner plus d’argent (ou non), cela entraîne des conséquences désastreuses sur leur santé. À force d’enchaîner les heures supplémentaires et à ne pas prendre leurs jours de congé, ces employés tombent malades, deviennent chauve, développent un burn-out, se suicident ou meurent subitement d’un AVC à cause du stress et de la fatigue, ce phénomène porte le nom de karōshi.

Qu’est-ce que le karōshi ?

Selon Trust my science, le mot karōshi apparu dans le langage des Japonais dans les années 80. Ce mot signifie "mort par excès de travail". Ce sont principalement les cadres ou les employés de bureau qui sont le plus exposés. Après une surcharge excessive de travail et de stress, ces derniers font un arrêt cardiaque ou un accident cardiovasculaire.


Lire aussi : Profiter régulièrement de la nature pour combattre le stress lié au travail


 

Quelles sont les actions qui ont été mises en place pour contrecarrer ce problème ?

3 images
© Getty Images

Il n’y a pas eu d’acte concret pour améliorer les conditions de travail des Japonais. Alors qu’en 2016, le gouvernement estimait qu’un travailleur sur cinq risquait un karōshi, un quart des entreprises du pays obligeait leur personnel à faire plus de 80 heures supplémentaires chaque mois, sans qu’elles soient rémunéré.

Quelques années plus tard, en 2019, une loi fortement critiquée a limité les heures supplémentaire à 100 heures par mois. Cet arrêté, qui est toujours en vigueur, impose aux entreprises de respecter cette règle sous peine d’une amende. Comme vous pouvez l’imaginer, cette loi possède quelques lacunes et elle n’a pas amélioré la situation.

Des entreprises japonaises tout de même soucieuses de leurs employés

Welcome to the jungle recense quelques entreprises japonaises qui n’ont pas attendu les décisions du gouvernement pour agir sur la santé de leurs employés. Depuis 2015, le groupe de distribution Fast Retailing Co. permet à ses travailleurs de prendre trois jours de congé chaque semaine. La seule condition est de travailler le même nombre d’heure reparti sur les quatre jours restants, soit 10 heures par jour.

Par ailleurs, d’autres entreprises réduisent la durée hebdomadaire de travail et baissent le salaire de manière proportionnelle. Par exemple : depuis 2017, Yahoo Japon et l’entreprise technologique NEC permettent à leurs employés de prendre un jour de congé non rémunéré par semaine pour s’occuper de leur enfant en bas âge ou de leur parent âgé.

Une semaine de 4 jours de travail, la solution ?

3 images
© Getty Images

Face aux nombreux burn-out et karōshi, l’ancien Premier ministre Shinzo Abe avait encouragé en 2018 les travailleurs japonais à trouver un bon équilibre entre vie privée et professionnelle mais surtout à prendre soin d’eux-mêmes. Dans cette perspective, un petit pourcentage d’entreprises s’est inspiré de l’entreprise néo-zélandaise, Perpetual Guardian, en introduisant la semaine de 4 jours.

Avec la pandémie du Covid-19, le gouvernement a changé radicalement d’avis et conseille désormais à toutes les entreprises de proposer des week-ends de trois jours à leurs employés. Le but est de réduire le risque de karōshi, mais aussi de leur offrir du temps avec leurs familles et amis, de poursuivre des formations et surtout, de contribuer à l’économie du pays en consommant.


Lire aussi : Covid : les cas de burn out explosent à la veille du retour au bureau


 

Attention à la discrimination !

Dans le contexte japonais où il est normal de travailler jour et nuit pour son boulot, l’introduction de ces week-ends de 3 jours n’est pas toujours bien vue. Les personnes qui font le choix de travailler uniquement 4 jours par semaine ont plus de chance d’être discriminés par leurs collègues et leurs managers.

 

Malgré toutes les bénéfice que cela apporte, les entreprises qui offrent une semaine de 4 jours de travail sont encore très rares. Le Japon a encore d’efforts à faire en ce qui concerne le bien-être de ses travailleurs. Et vous, voulez-vous travailler 4 jours par semaine ?