Le cancer, pas une fatalité : 40% des cas évitables

Outre l'hérédité et les facteurs environnementaux, 40% des cas seraient évitables en supprimant l'alcool et en adaptant nos choix nutritionnels, indique l'INCa dans un communiqué.

Sur les 355.000 cancers diagnostiqués chaque année en France, environ 140.000 pourraient être évités, soit environ 40% des cas, indique l'Institut national du cancer (INCa) qui lance ce mardi 5 septembre une nouvelle campagne de prévention en partenariat avec le ministère de la Santé.

80% des cancers de l'œsophage, 20% des cancers du côlon et 17% des cancers du sein sont dus à la consommation d'alcool en France, qui fait plus de 15.000 décès chaque année. Consommer de l'alcool augmente "fortement le risque de développer les cancers de la bouche, du pharynx, du larynx, de l'œsophage, du côlon-rectum, du sein et du foie".

Cette campagne de sensibilisation est l'occasion de rappeler que l'alimentation est, elle aussi, déterminante dans la prévention des risques du cancer. Près d'un quart (20 à 25%) des cancers sont attribuables aux facteurs nutritionnels, selon l'INCa.

La consommation de fruits, de légumes (non féculents), légumineuses (lentilles, haricots secs) et de fibres alimentaires diminue les risques de plusieurs cancers notamment ceux de la bouche, de l'œsophage, du côlon et de l'estomac.

"Il est conseillé d'intégrer dans son alimentation quotidienne les céréales complètes, pâtes complètes, pain complet, riz complet et autres céréales comme le quinoa ou le seigle pour leur apport quotidien en fibres, vitamines B ou minéraux notamment, recommande l'Inca. 

Selon la dernière étude "INCA 3" de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses), publiée le 12 juillet dernier, les quantités de fibres absorbées par les adultes (20 g/j) en France demeurent trop faibles par rapport aux recommandations (30 g/j).

Les graisses et notamment le surpoids sont un facteur de risque de presque tous les cancers (foie et pancréas surtout), car elles jouent sur les hormones. Par exemple, après la ménopause, les femmes qui prennent du poids ont un risque de cancer accru.

Par ailleurs, on sait aujourd'hui que la charcuterie et la viande rouge augmentent le risque de cancer de l'intestin et de l'estomac, comme l'indiquent les derniers rapports de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Ils doivent rester des aliments plaisir à consommer à hauteur de 25g par jour, selon les autorités sanitaires.

Associer des anti-oxydants comme les fruits et les légumes diminuent cet effet aggravant, indiquait Marie-Christine Boutron-Ruault, directrice de recherche Inserm à l'Institut Gustave-Roussy, dans une interview donnée à Relaxnews le 4 février, à l'occasion de la journée mondiale du cancer. 

Enfin, la prévention du cancer inclut une activité physique régulière: monter des escaliers, marcher, faire du vélo, nager...durant au moins 30 minutes par jour permet de se maintenir en forme et de diminuer le risque de plusieurs cancers.

Pour aller plus loin, rendez-vous sur le site e-cancer.fr.