Le beurre n'augmenterait pas le risque de maladies cardiovasculaires

La consommation de beurre moyenne à travers les neuf études s'est montée à environ une cuillère à soupe par jour.
La consommation de beurre moyenne à travers les neuf études s'est montée à environ une cuillère à soupe par jour. - © tashka2000 - Getty Images/iStockphoto

Une étude menée dans 15 pays auprès de 6,5 millions de personnes, montre que le beurre n'a pas de lien directe avec les maladies cardiovasculaires. Cette matière grasse serait même un meilleur choix que le sucre ou l'amidon (pomme de terre, pain blanc).

Une équipe de scientifique a cherché à comprendre le lien qui pouvait exister entre la consommation régulière de beurre et les maladies cardiovasculaire.

En croisant les données de neuf études qui ont suivi 6,5 millions de personnes dans le monde, ils se sont aperçus que le beurre avait un impact minime sur la mortalité et les problèmes de santé tels que les pathologies coronariennes, les AVC ou le diabète.

D'après les données des neuf études, la consommation de beurre moyenne de ces personnes s'élevait à 3,2 portions par jour. Pour arriver à une moyenne globale, la dose a été rationalisée à 14 grammes par jour, soit environ une cuillère à soupe.

"Les gens qui mangent plus de beurre ont généralement un régime alimentaire et un style de vie plus malsain, mais le lien entre le beurre et les maladies cardiaques est assez neutre en général", indique le docteur Pimpin de la Tufts University de Boston.

En conclusion, le bonne recette serait de ne pas diaboliser le beurre en l'excluant totalement de son alimentation ni, à l'inverse, d'en abuser pour agrémenter pain, pâtes et plats. Il serait en tous cas moins néfaste que le sucre ou l'amidon, contenus dans le pain blanc ou la pomme de terre.

Les chercheurs rappellent en effet que le sucre et l'amidon sont associés à un risque plus élevé de diabète et de maladies cardiovasculaires. Leurs effets sont plus délétères que certaines margarines et huiles de cuisine riches en bonnes graisses comme le soja, le colza, le lin et les huiles d'olive extra vierges qui baissent probablement quant à elle le risque de maladies cardiovasculaires.

Pour consulter l'étude: http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0158118