La prise de poids après 40 ans et la baisse des capacités respiratoires sont-elles liées?

Plus de poids, moins de capacité respiratoire

Ces nouvelles recherches ont suivi 3.673 participants provenant d'Australie et de 12 pays européens. Les sujets affichaient un âge moyen de 34 ans en début d'étude. Ils ont été suivis pendant une vingtaine d'années. On enregistra leur poids, leur taille et leurs fonctions respiratoires à trois reprises au cours de cette période.

 Chez tous les participants, une prise de poids modérée (moins de 1 kg/an) ou forte était associée à une baisse plus rapide de la capacité pulmonaire, quel que soit le poids de départ.

Leurs résultats restaient avérés même après avoir pris en compte des facteurs tels que la consommation de tabac des sujets, s'ils souffraient d'asthme ou s'ils faisaient de l'exercice.

Jamais trop tard pour maigrir!

La capacité pulmonaire est un indicateur important de l'espérance de vie et de santé à venir. On la mesure au moyen d'un test de capacité maximale d'expiration (FVC) et de capacité d'expiration maximale en une seconde (FEV). Elle baisse naturellement avec l'âge mais il est important de limiter cette diminution pour éviter de graves maladies respiratoires.

Les sujets obèses en début d'étude et qui perdaient du poids au cours des 20 années de suivi, ou qui affichaient un poids normal et restaient stables les 20 années durant, voyaient la baisse des capacités pulmonaires se réduire.

Les chercheurs ont tenu à préciser que cette étude fondée sur l'observation ne permettait pas d'établir de lien de cause à effet entre la prise de poids et la baisse des capacités respiratoires. En revanche, ils ont ajouté que leurs résultats étayaient des recherches précédentes.

"Les effets négatifs du surpoids et de l'obésité peuvent être inversés par la perte de poids, même plus tard dans la vie", expliquent les auteurs de l'étude. Et de conclure: "Par conséquent, les recommandations de santé publique qui encouragent des styles de vie sains et un poids normal pourraient être importants pour maintenir un bon fonctionnement pulmonaire à l'âge adulte".