La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge

La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge.
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge. - © Geber86 - Getty Images

Une équipe de chercheurs français a montré qu'une pratique sportive régulière pouvait améliorer la santé cardiovasculaire et psychologique des sujets.

 

Pour cette nouvelle étude, des chercheurs de l'Université de Bourgogne-Franche-Comté (Besançon) et de la Clinique Les Rosiers (Dijon) ont suivi 733 patients de la Clinique Les Rosiers pendant un programme de réadaptation cardiaque de 25 séances.

Les participants ont été divisés en trois sous-groupes: les personnes de moins de 65 ans, celles comprises entre 65 et 80 ans et les sujets de 80 ans et plus, afin de comparer les effets de l'exercice sportif sur les patients jeunes, âgés et très âgés.

 

Les scientifiques ont mesuré les variables physiques des participants, comme par exemple le pic estimé de VO2, qui n'est autre que la quantité maximale d'oxygène que le corps est capable d'utiliser en une minute, et l'un des meilleurs indicateurs de la santé future. Ils ont aussi mesuré les variables psychologiques, comme leur niveau d'anxiété et de dépression, avant et après le programme de réadaptation cardiaque.

Leurs résultats ont montré qu'après avoir terminé leurs 25 séances d'exercices physiques, tous les patients ressentaient des améliorations tant physiques que psychologiques.

De plus, les chercheurs ont aussi trouvé que les patients qui retiraient le plus de bienfaits de ces exercices physiques étaient les personnes qui démarraient l'expérience avec une défaillance physique plus importante, peu importe leur âge.

 

"Vieillir est associé à plusieurs facteurs tels que l'augmentation de l'inflammation ou du stress oxydatif, qui prédispose les personnes aux maladies cardiovasculaires. En conséquence, les patients très âgés sont en général en moins bonne forme physique que leurs pairs plus jeunes, et ce déconditionnement est accéléré une fois que la maladie cardiovasculaire est établie", a expliqué Gaëlle Deley, en charge de l'étude, reprise par la revue Canadian Journal of Cardiology.

"Nous avons trouvé que quelques semaines d'entraînement physique amélioraient non seulement de façon significative la capacité sportive, mais qu'elles faisaient diminuer l'anxiété et la dépression", a commenté la professeure Deley.

Autre résultat intéressant: "Les patients âgés de moins de 65 ans qui étaient très anxieux avant le programme de réadaptation sont ceux qui ont tiré le plus de profits de l'entraînement. Des résultats similaires ont été trouvés pour les patients de plus de 65 ans atteints de dépression. Ces améliorations auront sûrement un fort impact positif sur l'indépendance des patients et sur leur qualité de vie".