L'exposition aux pesticides des fleurs pourrait accroître la tension artérielle des enfants

 

"L'Equateur est l'un des plus grands producteurs commerciaux de fleurs au monde, avec d'importantes exportations de roses vers l'Amérique du Nord, l'Europe et l'Asie. La production commerciale de roses repose sur l'utilisation d'insecticides, de fongicides et d'autres produits antiparasitaires mais on sait peu de choses sur leurs effets sur la santé humaine", explique Jose R. Suarez, médecin, professeur adjoint à l'université de San Diego et auteur principal de l'étude.

Si les recherches sur les effets des pesticides sur le système cardiovasculaire sont limitées, le Dr Suarez précise toutefois qu'il existe des preuves que les insecticides couramment utilisés pour traiter les fleurs avant leur exportation, tels que les organophosphorés, peuvent augmenter la tension artérielle.

 

Des risques trois fois plus élevés

Publiée dans le journal Environmental Research, l'étude a suivi les enfants sur une période de 63 à 100 jours précédant les récoltes de fleurs destinées à être commercialisées pour la Fête des Mères. Les recherches ont révélé que les premiers enfants examinés après une période de pulvérisation accrue de pesticides présentaient des pressions artérielles systolique et diastolique plus élevées et des marqueurs d'exposition aux pesticides plus importants que les enfants examinés plus tard.

"Les enfants examinés dans les 81 jours suivant la récolte étaient 3 fois plus susceptibles de souffrir d'hypertension que les enfants examinés entre 91 et 100 jours", explique le Dr Suarez.

Le médecin précise qu'il s'agit de la première étude à montrer que les saisons de pulvérisation de pesticides peuvent non seulement augmenter l'exposition chez les enfants vivant à proximité de zones agricoles, mais pourraient également amplifier leur tension artérielle et le risque global d'hypertension.