L'ecstasy surdosé inquiète les professionnels de la nuit

Le Collectif action nuit souligne que 125 décès ont été attribués à cette drogue au Royaume-Uni et qu'elle a été liée à 25 décès aux Etats-Unis ces trois dernières années.
Le Collectif action nuit souligne que 125 décès ont été attribués à cette drogue au Royaume-Uni et qu'elle a été liée à 25 décès aux Etats-Unis ces trois dernières années. - © portokalis / IStock.com

Des professionnels de la nuit ont réclamé mardi la mise en place de mesures préventives contre une "recrudescence" de la consommation de produits stupéfiants "particulièrement dangereux", comme des ecstasys "surdosés" ou "ecstasys chinois".

Le Collectif action nuit, qui regroupe des professionnels reconnus du monde de la nuit, a publié un communiqué après la mort durant le week-end à Paris d’un jeune de 21 ans lors d’une soirée "suite à une potentielle consommation de produits stupéfiants", selon l’organisateur de l’événement, Dehors Brut.

Dans son texte, le collectif explique que des produits vendus comme ecstasys "largement surdosés" – aussi appelés "ecstasys chinois" – circulent ces dernières semaines, "particulièrement nocifs" et provoquant "des réactions graves, amenant l’hospitalisation des consommateurs et consommatrices, voire pire".

Selon eux, il pourrait s’agir de N-Ethylpentylone, un produit susceptible selon l’OMS d’être vendu comme étant de l’ecstasy (qui contient normalement une autre molécule, appelée MDMA), "sous forme de poudre, cristal, capsule ou cachets", et "dont les effets seraient davantage désastreux".

Le Collectif action nuit souligne que 125 décès ont été attribués à cette drogue au Royaume-Uni et qu’elle a été liée à 25 décès aux Etats-Unis ces trois dernières années.

Regrettant un manque de médiatisation et de réaction des autorités face à ce phénomène en France, qui laisse le public vulnérable, les professionnels appellent l’Etat à "mettre en œuvre des actions concrètes" afin d’endiguer ce "désastre". "Il s’agit d’un sujet de santé publique grave" et "des jeunes meurent", s’alarment-ils.