L'aubépine, alliée de la santé cardiaque

L'aubépine, alliée de la santé cardiaque
L'aubépine, alliée de la santé cardiaque - © Falombini - Getty Images/iStockphoto

Ses noms communs étant plus poétiques que ses désignations botaniques, ce n'est pas un hasard que l'aubépine soit aussi appelée « bonne de nuit » ou « valériane du coeur ».

Connue des médecins grecs depuis l'Antiquité, l'aubépine est également employée en médecine traditionnelle chinoise, notamment pour traiter les troubles cardiovasculaires. Après avoir étudié sérieusement ses propriétés thérapeutiques, elle est de nos jours en vogue en Europe, où elle entre dans la composition de diverses préparations médicinales.

 

La phytothérapie pour soigner les maladies cardiaques

Il y a tant de plantes qui composent les médicaments que l'on trouve en pharmacie, que l'on ne pourrait les compter. Certaines sont si puissantes qu'elles sont délivrées uniquement sur prescription médicale; d'autres, heureusement, peuvent être utilisées sans risque, et notamment l'aubépine qui renferme des actifs aux propriétés antioxydantes, mais surtout qui stimulent le cœur et régulent son rythme. En phytothérapie, cette plante illustre à merveille la notion de tropisme, qui est l'affinité d'une plante avec un tissu. Pour l'aubépine, il s'agit du tissu cardiaque.

La plante a aussi un autre public : les anxieux qui somatisent au niveau du cœur. Typiquement, ce sont des personnes qui, sous l'effet du stress, ont une perception exagérée de leur rythme cardiaque, souvent associé à un sentiment d'énervement, de mains moites et de bouche sèche. L'aubépine est alors une solution de choix car efficace et sans innocuité.

 

La plante amie du cœur

Le rythme cardiaque est grandement contrôlé par le système nerveux qu'on appelle autonome. Son bon fonctionnement est déterminé par le maintien de l'équilibre entre le système parasympathique et le système sympathique. Si ce dernier est trop actif, le rythme cardiaque en est alors affecté et le cœur bat trop vite. L'aubépine constitue un merveilleux traitement de fond des tachycardies fréquentes. Elle se révèle donc particulièrement efficace en cas d'insuffisance cardiaque modérée, en plus des médicaments classiques. Elle est également utilisée en cas de palpitations qui s'accompagnent d'une anxiété à expression thoracique, c'est-à-dire avec une oppression au niveau de la poitrine et l'impression de manquer d'air.

 

Une seule potion contre plusieurs maux !

Au-delà de son action sur les cœurs fatigués, l'aubépine agit plus largement sur le système circulatoire en assurant au muscle cardiaque un apport plus grand de sang oxygéné. Par ses propriétés tonicardiaques et ses effets dilatateurs sur les vaisseaux sanguins, cette plante peut s'avérer utile dans les troubles d'arythmie cardiaque. Elle permet aussi de soulager les problèmes liés à l'angine de poitrine grâce à son action hypotensive. La synergie de ses différents composants lui confère par ailleurs une activité sédative du système nerveux central, assurant un effet notable dans les états de nervosité, d'irritabilité, d'anxiété et dans les troubles du sommeil.

 

Ce qu'il faut savoir

Au contraire des médicaments de synthèse, l'aubépine ne provoque ni accoutumance, ni effets secondaires indésirables tels que la somnolence et les pertes de mémoire. Elle peut être prise régulièrement par cure de 3 semaines par mois. En infusion, deux à trois tasses par jour. En extrait fluide, vingt à trente gouttes matin, une à deux cuillerées à café par jour d'extrait fluide de plantes standardisées. En extrait sec en poudre : 200 à 400 mg matin et soir. Sous forme de bourgeons : cinq à quinze gouttes, deux fois par jour. Au-delà des troubles cardiaques et des bienfaits sur le système circulatoire, l'aubépine est conseillée pour tous ceux qui sont stressés par un examen, un entretien ou une situation particulière. La plante ayant un effet bêtabloquant, elle calme et agit sur la concentration. Ceux qui souffrent de palpitations, d'angoisses trouveront un réconfort, ainsi que les nerveux qui ont un sommeil agité.