L'aspirine et les antibiotiques pourraient aider à réduire les symptômes de dépression

L'aspirine et les antibiotiques pourraient aider à réduire les symptômes de dépression.
L'aspirine et les antibiotiques pourraient aider à réduire les symptômes de dépression. - © seb_ra - Getty Images/iStockphoto

Des chercheurs chinois ont trouvé que la prise d'agents anti-inflammatoires comme l'aspirine, le paracétamol, les statines ou les antibiotiques pourrait contribuer à abaisser les symptômes de dépression sévère.

 

Une équipe de l'université de sciences et de technologie d'Huazhong a analysé 30 études préexistantes, concernant au total 1.610 personnes, pour mesurer l'efficacité et la sûreté de la prise d'agents anti-inflammatoires comme traitement contre les troubles dépressifs sévères, soit seuls soit combinés aux antidépresseurs, en comparaison avec la prise d'un traitement placebo. 

Les agents anti-inflammatoires comprennent les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les acides gras oméga-3, les inhibiteurs des cytokines (des médicaments qui abaissent la production de substances inflammatoires), les statines, les stéroïdes, les antibiotiques (minocycline), le modafinil (un psychostimulant utilisé pour traiter les troubles du sommeil) et la N-acétylcystéine (aussi appelée NAC, un médicament prescrit comme complément antioxydant ou comme fluidifiant bronchique).

Leurs résultats ont montré que les agents anti-inflammatoires réduisaient efficacement et en toute sécurité les symptômes de dépression sévère.

De plus, ils étaient plus efficaces pour réduire la sévérité globale des symptômes (+52%) ou pour éliminer les symptômes qu'un traitement placebo (+79%).

Les effets des agents anti-inflammatoires étaient même plus forts lorsqu'ils étaient associés à un traitement antidépresseur standard.

 

Lorsque les chercheurs ont essayé d'établir quels agents offraient le plus de bienfaits, ils ont trouvé que les AINS, les oméga 3, les statines et les minocyclines étaient les plus efficaces pour réduire les symptômes dépressifs sévères en comparaison avec un placebo.

En revanche, les agents anti-inflammatoires ne semblaient pas améliorer la qualité de vie des patients traités. Les chercheurs ont expliqué que cela pouvait peut-être découler du fait qu'un nombre trop restreint d'études s'étaient intéressées à cet aspect, ou parce que les troubles dépressifs sévères sont une maladie chronique nécessitant une prise en charge sur le long terme et qu'il "est difficile d'obtenir des améliorations des mesures de qualité de vie en quelques semaines".

Les scientifiques, dont les résultats ont été repris par le Journal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry, n'ont pas observé d'effets secondaires résultant de la prise d'anti-inflammatoires, bien que les personnes qui prenaient des statines et des NAC pouvaient souffrir de maux de ventre. L'équipe scientifique a ajouté que comme la plupart des essais cliniques duraient entre quatre et douze semaines, il n'était pas possible de suivre les effets secondaires pouvant survenir sur le long terme.

Bien qu'ils ont tenu à préciser que de plus amples recherches étaient nécessaires, les chercheurs ont conclu que "les résultats de cette analyse systématique montrent que les agents anti-inflammatoires jouent un rôle antidépresseur chez les patients atteints de graves troubles dépressifs et sont raisonnablement sûrs".