L'Antarctique, terre libre de coronavirus

L'Antarctique, terre libre de coronavirus.
L'Antarctique, terre libre de coronavirus. - © David Merron Photography - Getty Images

Quelque 4,5 millions de cas de coronavirus dans le monde, 196 pays et territoires touchés... Mais un continent fait de la résistance : l'Antarctique, épargné par la pandémie grâce à des mesures de contrôle strictes et un peu de chance.

Depuis que la maladie s'est convertie en pandémie mondiale le 11 mars, ce territoire froid et reculé s'est encore un peu plus éloigné du monde, avec l'interdiction des voyages touristiques et de tout contact entre les bases internationales, ainsi que la mise en place de mesures sanitaires drastiques.

"Nous sommes isolés, en plus de cet isolement naturel que nous avions déjà", raconte par téléphone Alejandro Valenzuela, capitaine de frégate et gouverneur maritime de la partie chilienne du continent.

Les bases permanentes et scientifiques en isolement forcé

Habituellement, la vie en Antarctique requiert une grande coordination et coopération entre les équipes des près de 40 bases permanentes et missions scientifiques installées sur la péninsule et les îles alentour. Dix membres de la Marine chilienne se trouvent sur la base Escudero de la baie Fildes des îles Shetland du sud, considérée comme la porte d'entrée au continent gelé.

Se trouvent aussi à cet endroit les bases des Forces aériennes chiliennes et de la Direction générale de l'aéronautique civile. Tout près, plusieurs bases d'autres pays : Russie, Uruguay, Corée du Sud et Chine.

Avant la pandémie, toutes ces bases étaient en interaction permanente, par exemple pour charger et décharger les provisions, mais aussi pour des choses plus joyeuses : compétitions sportives, fêtes d'anniversaires... La peur de la contagion a mis fin à tout contact physique, permettant de limiter les risques.

L'hiver austral a éloigné les touristes

Et dans sa lutte contre le virus, l'Antarctique a aussi un peu de chance : la crise sanitaire a débuté alors que s'achevait la saison touristique, qui attire chaque année environ 50.000 visiteurs. Le dernier bateau de tourisme est arrivé à la baie Fildes le 3 mars, au moment même où le Chili annonçait son premier cas de coronavirus.

A partir d'avril, les conditions climatiques deviennent telles qu'elles empêchent drastiquement toute arrivée ou tout départ du continent, isolant le personnel des bases permanentes.

Et l'arrivée de la pandémie a rendu les contrôles encore plus stricts. "Tout chargement est désinfecté avant de pouvoir le faire rentrer et le contact avec le bateau (qui l'a apporté, ndlr) est réduit au minimum. Leur personnel reste à bord et nous n'avons pas de contact direct avec eux", affirme le capitaine Valenzuela.

Le personnel sur place garde le moral

Sur la base aérienne Président Eduardo Frei Montalva, le protocole d'hygiène a lui aussi été renforcé : seules quatre personnes peuvent être au même moment au réfectoire, tandis que les activités sportives ont été suspendues.

Depuis le 20 mars, les opérations aériennes nationales et internationales vers l'aérodrome Lieutenant Marsh ont été restreintes. "Seuls sont autorisées de façon exceptionnelle les opérations de soutien logistique ou humanitaire", explique le commandant de la base, Alejandro Silva.

La base uruguayenne Artigas a, elle, fait évacuer dix membres de son personnel dès le début de la crise, n'en laissant que neuf sur place.

"La prochaine rotation de personnel devrait avoir lieu dans la première quinzaine de décembre, donc les personnes qui sont restées passeront tout l'hiver austral, de juin à septembre, sur place", indique Manuel Burgos.

Mais l'ambiance reste bonne parmi le personnel, à tel point que désormais, "ce sont nous qui envoyons des messages de soutien à nos familles" dans le reste du Chili, assure-t-il.