L'alimentation pendant la grossesse influe sur le risque d'hyperactivité chez l'enfant

Les oméga 3 contenus dans les poissons gras et les oléagineux ont un effet protecteur sur le développement des neurones.
Les oméga 3 contenus dans les poissons gras et les oléagineux ont un effet protecteur sur le développement des neurones. - © gilaxia/Istock.com

Manger équilibré et choisir des produits nutritionnels adaptés lors de la grossesse pourrait jouer sur la santé mentale des enfants, selon une étude du King's College of London. Les chercheurs ont constaté que les enfants les plus à risque d'hyperactivité avaient été exposés in utero à un régime type junk food comprenant des produits industriels, transformés, gras et sucrés causant une modification génétique.


Des chercheurs britanniques viennent de trouver un facteur de risque qui pourrait en partie expliquer le déclenchement d'une hyperactivité précoce chez l'enfant : l'alimentation trop grasse et sucrée de leur mère pendant la grossesse.

Pour les besoins de ces travaux, les chercheurs ont suivi 83 enfants qui présentaient des troubles précoces du comportement ou des troubles hyperactifs, et 81 enfants dits "sans histoire".

En remontant l'historique des régimes alimentaires de leurs mères pendant la grossesse, ils ont constaté que les enfants les plus à risque avaient été exposés in utero à un régime type junk food comprenant des produits industriels, transformés, gras et sucrés.

Rôle clé d'un régime alimentaire sain

Concrètement, l'expression d'un gène, le IGF2 (impliqué dans le développement fœtal dont le celui de certaines zones du cerveau associées à l'hyperactivité), s'est trouvé modifiée chez les enfants perturbés. Entre l'âge de 7 et 13 ans, des troubles du Déficit de l'Attention/Hyperactivité se sont manifestés uniquement chez ceux qui avaient eu des problèmes de comportements précoces.

Cette modification de l'ADN a d'ailleurs été retrouvée chez les enfants dont les mères ont souffert de famine aux Pays-Bas pendant la seconde guerre mondiale.

Cette étude permet aux scientifiques de rappeler le rôle clé d'un régime alimentaire sain et équilibré pendant la grossesse pour la santé de l'enfant.

Pour aller plus loin, de prochaines études pourraient avoir lieu sur le rôle détaillé de certaines graisses sur le cerveau des enfants. Les oméga 3 contenus dans les poissons gras et les oléagineux ont par exemple un effet protecteur sur le développement des neurones.

Plus fréquent chez les garçons

"Des compléments nutritionnels ont fait leur preuve pour diminuer les troubles du comportement chez ses enfants, il serait donc très important d'explorer à l'avenir les modifications génétiques occasionnées dans ce contexte", conclut le Dr Baker.

Le trouble Déficit de l'Attention/Hyperactivité est une affection biologique du cerveau qui touche environ 5% des enfants dans le monde. Plus fréquent chez les garçons, il est causé par un déséquilibre dans certains neurotransmetteurs et se manifeste le plus souvent avant l'âge de 12 ans. 

Les traitements appropriés incluent généralement la prise de médicaments, une thérapie comportementale et cognitive, une thérapie familiale et d'autres modifications au niveau de l'éducation et du style de vie.

Ces travaux ont été publiés dans le Journal of Child Psychology and Psychiatry. 

Vous pouvez consulter l'étude en suivant ce lien.